Vincent, 26 ans et déjà deux start-ups

Vincent Khau copyright Facebook

Selon une étude de HSBC, les entrepreneurs de la génération Y dirigeraient des entreprises qui réalisent en moyenne un chiffre d’affaires 5 fois supérieur à celui des entrepreneurs de plus de 55 ans. A 26 ans, Vincent Khau dirige deux start-ups et ne compte pas s’arrêter là. 

Vincent a développé une passion pour l’entreprenariat dès son entrée à l’école Supérieur de Commerce et de Marketing (ISTEC) à Paris.  « C’est là où j’ai eu envie d’être indépendant, d’avoir plus de liberté. »  Il a commencé par vouloir créer une boîte d’évènementiel mais il s’est finalement tourné vers le tourisme et l’immobilier. Il a alors créé Smartflux en 2010, un service de conciergerie.  Située à Nanterre, l’entreprise possède dix salariés dont environ cinq concierges qui se chargent de jusqu’à 25 appartements chacun.

Le jeune entrepreneur ne s’arrête pas là et possède une soif de création. « J’avais envie d’utiliser toutes mes compétences dans plusieurs domaines différents. » C’est pourquoi, il préside depuis trois ans une société spécialisé dans les produits plastiques Néoplastik technologies. Vincent dirige également depuis 2013 Diabbox, un système sécurisé pour retirer les aiguilles de stylos à insuline pour les personnes diabétiques.

Diabbox copyright Facebook

Smartflux copyright FacebookDepuis tout jeune, Vincent ressent le besoin de faire les choses par lui-même. « Mes parents sont salariés mais moi j’ai toujours eu besoin de mener mes projets de A à Z ». Pour lui, la clé de la réussite est la détermination. « Il y a toujours des choses très compliquées à gérer surtout au niveau administratif mais il ne faut jamais baisser les bras et toujours ouvrir de nouvelles portes. » Selon le jeune entrepreneur, la société a toujours besoin de se développer pour acquérir de nouveaux clients ou agrandir l’image de la marque. « Le but est de ne pas stagner et d’avoir un pas d’avance sur les autres sociétés. »

Aujourd’hui, Vincent a toutes les clés en main pour devenir un grand entrepreneur.  Cela fait six ans que l’entreprise Smartflux fonctionne et le jeune entrepreneur essaye désormais de s’internationaliser. « Nous avons déjà une entreprise au Canada, nous avons un pôle qui va s’installer à Bruxelles et nous aimerions aussi implanter l’entreprise en Espagne. » Le jeune homme de 26 ans déborde d’idées, il est actuellement en train de créer sa troisième société « Rage », un concept de coaching sportif en vidéo.

A lire également:

Etre entrepreneur: une nouvelle tendance

Devenir entrepreneur, les clés pour réussir

Quand la reconversion s’impose

Les 5 raisons de l’échec d’un entrepreneur

Irina Capron

Écrit par margot.maucuit