Veto des Etats-Unis: Jerusalem capitale israélienne, impossible pour l’ONU

Le 6 décembre 2017, Donald Trump, le Président des Etats Unis, a déclaré « officiellement Jérusalem comme capitale d’Israël. » Hier, le pays a confirmé sa position face à l’Organisation des Nations Unis (ONU). 

Condamner la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël, c’est ce que voulait faire l’ONU. C’était sans compter sur les Etats-Unis qui s’y sont opposés, le droit de veto posé sur la table. 14 des 15 pays présents au Conseil de Sécurité dont la France ont voté en faveur de cette condamnation. Certains votes dans cette direction, comme celui de la Russie sont même surprenants.

Nikki Haley, une diplomate des Etats Unis a réagit sans attendre à cette restriction : « C’est une insulte et un camouflet que nous n’oublierons pas. » 

Le but de ce texte est de résoudre ce conflit « par la négociation. » Ce texte voté prévoit que toutes les décisions contraires, qui reconnaissent Jérusalem comme capitale israélienne sont « nulles et non avenues » et devront « être révoquées ». Le texte ne mentionne pas les Etats-Unis, mais les pays représentés à l’ONU expriment de « profonds regrets concernant les récentes décisions sur Jérusalem. »

La décision de l’ONU de révoquer cette reconnaissance intervient après de nombreuses manifestations. D’abord par les personnalités américaines, le magnat de l’immobilier américain Mohamed Hadid évoque ce jour comme « le plus triste de ma vie en tant qu’américain palestinien ».

Certains pays du Proche-Orient ont même connu un mouvement de manifestation important. En Tunisie, ce sont des milliers de personnes qui se sont mobilisés. Les manifestants jordaniens ont brûlé des photos du président des Etats-Unis Donald Trump. Le drapeau américain proche de l’ambassade des Etats Unis a lui aussi été brûlé. Les Jordaniens ne veulent « pas d’ambassade américaine sur le sol jordanien. » Le message est fort « mort à Israël ».

Le veto américain a suscité une réaction enthousiaste de Benyamin Nétanyahou le ministre israélien « Merci madame l’ambassadrice Haley » et « Président Trump. » Il félicite le président Donald Trump d’avoir « allumé une bougie de vérité » et « dissipé les ténèbres. »

 

Julie Baranton

Écrit par IEJ3A