Vers une déchristianisation des vacances de Noël ?

La justice a demandé au maire de Béziers de retirer la crèche de Noël de l’hôtel de ville, considérée comme ostentatoire. Une nouvelle fois, le débat sur la laïcité en France est relancé.

Sous peine d’amende d’une hauteur de 2.000 euros par jour de retard, Robert Ménard a donc retiré le 18 décembre 2017, la crèche installée dans le hall de l’hôtel de ville. Via un communiqué publié sur son compte twitter, le maire de Béziers a qualifié d’ « aberrante » la décision du tribunal administratif.

https://platform.twitter.com/widgets.js

Interrogée au micro de RTL le 5 décembre 2017, Virginie Calmels, vice-présidente des Républicains, a déclaré « Je suis frappée : on ne peut plus dire ‘les vacances de Noël’, on ne peut plus dire ‘les vacances de Pâques’. Maintenant il faut dire ‘les vacances de fin d’année’ et ‘les vacances d’hiver' ».

Chaque année, le débat refait donc surface. Le 9 janvier 2017, il y a près d’un an sur le plateau télé de Franceinfo, Jean-François Copé livrait son avis sur la question :

Débaptiser les vacances de Noël, info ou intox

L’Éducation nationale serait en train de déchristianiser les noms des vacances. Pourtant, si l’on se réfère au site officiel du ministère, les vacances de Noël y sont toujours indiquées telles quelles, et n’ont pas été transformées en « vacances de fin d’année ».

Capture d’écran du calendrier des vacances scolaires, site web de l’Éducation nationale

D’un point de vue général, comme l’a déjà rappelé un article du journal Libérationparu le 9 janvier 2017, la déchristianisation des noms de vacances n’est pas nouvelle puisqu’elle date d’il y a 43 ans. Depuis 1974, la dénomination « vacances de printemps », utilisée par le ministère, succède aux « vacances de Pâques ».

Thibault Hadziavdic

Écrit par IEJ3DWEB