Il faudrait être aveugle pour ne pas s’agacer ou s’extasier devant le martelage publicitaire de toutes les marques. E-mailing, courriers publicitaires, SMS, newsletter… Comme chaque année, plus particulièrement avant les fêtes, les marques et centres commerciaux sortent le grand jeu pour faire profiter leurs clients de ces fameuses ventes privées. Parfois éclair, ne durant que quelques heures. Les clients bénéficient de -30%, -40% ou même -60% le temps d’une journée. Alors pourquoi faire le pied de grue en attendant les soldes? Malgré toutes ces ventes privées, il faut penser que les consommateurs n’y trouvent rien à redire. Selon les sondages, ils sont 70% à attendre les soldes. Un taux identique à celui de 1999 notamment dû à la conjecture.

Frédéric Helun, directeur des Galeries Lafayette de Rosny-sous-Bois, voit les soldes comme une tradition française en perdition. « Les soldes d’hiver, comme celles d’été, s’encrent comme un rendez vous. Mais chez nous, il faut bien avouer que ce n’est plus ce que c’était. » Il enregistre une perte de plus de 3% en seulement une année. « C’est un rendez-vous traditionnel, du moins les deux ou trois premiers jours. Cela s’essouffle plus vite qu’il y a quelques années ! » Pour la petite histoire, l’enseigne Galeries Lafayette a été la première à créer ce qu’elle appellera les « avant-premières ». À l’époque, cette sorte de vente privée était réservée aux clients les plus fidèles inscrits dans le fichier central du magasin. L’enseigne est désormais la seule autorisée à pratiquer ces soldes flottants. En effet, la loi Pinel a supprimée cette possibilité pour les autres commerces en 2015. Ces opérations commerciales qui s’étendent sur une période dont la date était fixée librement par les Galeries, noient les commerces indépendants car ils ne sont pas aussi préparés que les grandes enseignes pour ce genre d’opération commerciale. Mais c’était sans compter la capacité des enseignes à s’adapter.

Des ventes pas toujours très loyales

Selon la définition marketing, « une vente privée est une vente réservée à une partie seulement de la clientèle ou des prospects qui reçoivent une invitation. »

Mais certains commerçants, comme Katia Cohen directrice adjointe d’une petite enseigne de costume, dénoncent des abus : « Aujourd’hui, certaines enseignes bien connues mettent en vitrines qu’elles sont en ventes privées, on dénature ce côté d’exclusivité. » Sur internet, le phénomène n’a pas de limites. Le site vente-privée.com fait partie des trois licorne du patrimoine économique français au même titre que blabla car, qui se définit par une valorisation à un milliard d’euros ou plus. L’entreprise est valorisée à plus de 3 milliards d’euros, et a approché les 2 milliards de CA en 2015. Et plus besoin de se rendre en magasin car le principe de cette enseigne est uniquement en ligne. Les ventes sur mobiles ont dépassé les 50 % du chiffre d’affaires et les 75 % du trafic, de quoi donner le tournis même aux plus grandes enseignes.

Alors si vous ratez les soldes, pas de panique, demain, sûrement, d’autres promotions vous tendront les bras.

Écrit par marineG