Une professeure anti-Trump obligée de se cacher

Une enseignante de l’université de Los Angeles vit cachée depuis la divulgation sur Facebook d’une vidéo d’elle critiquant la victoire de Donald Trump.

Manifestation contre Donald Trump
CC ElvertBarnes

Il ne fait pas toujours bon vivre sous le soleil de Californie. Olga Cox, professeure de psychologie à l’université Orange Coast College de Costa Mesa à Los Angeles, en a fait l’expérience à ses dépends. Elle a dû quitter la ville après l’apparition sur Facebook d’une vidéo, la montrant critiquer la victoire de Donald Trump face à ses élèves.

L’élection de Trump, »un acte de terrorisme » 

 

Sur cette vidéo, on entend la professeure comparer l’élection de Donald Trump à « un acte de terrorisme » et critiquer Mike Pence, le vice-président du gouvernement. « Notre nation est divisée. Nous avons été agressés. C’est un acte de terrorisme« , disait-elle aux étudiants, avant d’ajouter : « L’une des choses les plus terrifiantes pour moi et les personnes autour de moi c’est que ceux qui sont à l’origine de cette agression se trouvent parmi nous.« 


Une pétition demande son renvoi

De nombreux étudiants se sont opposés aux propos tenus par Olga Cox et l’association des jeunes Républicains a lancé une pétition afin de demander son renvoi. L’histoire aurait pu rester locale mais, en une semaine la vidéo, a comptabilisé plus de 300.000 vues sur youtube, engendrant une vague de menaces.

Des menaces de morts 

Selon le syndicat qui la représente, Olga Cox aurait reçu plus de 1000 e-mails alliant insultes et menaces de morts. « Tu veux le communisme, va à Cuba (…), essaie de l’amener en Amérique et on te mettra une balle en pleine face« , disait l’un d’eux, selon le président du syndicat Rob Schneiderman. Avant de rapporter qu’un autre email décrivait Cox comme une « cinglée » et promettait de diffuser son adresse.

Toutefois, des milliers d’étudiants ainsi qu’une partie de l’administration ont tenu à lui apporter leur soutien. Le 12 décembre, ils se sont ainsi rassemblés devant l’université.

Victor Plantevin

 

Écrit par Victor Plantevin