Une peinture chinoise bat les records des ventes aux enchères

Le groupe pictural de Qi Baishi a été adjugé à 120 millions d’euros hier soir, battant le dernier record de prix de vente de peinture chinoise.

Les records s’enchainent sur le marché de l’art international. Un mois après la vente à 450 millions de dollars du Salvador Mundi de Léonard de Vinci c’est une oeuvre de Qi Baishi, l’un des peintres les plus cotés au monde, qui bouleverse l’histoire de l’art.

Vendu aux enchères dimanche soir à 931,5 milliards de yuans — soit 120 millions d’euros — les douze panneaux hissent l’artiste au rang de peintre chinois le plus cher du marché. La maison de vente Beijing Poly International Auction a d’ailleurs souligné qu’il s’agissait là du premier artiste chinois dont l’oeuvre dépassait le cap des 100 millions de dollars. L’acheteur, toujours anonyme, serait un collectionneur chinois.

Réalisés en 1925 par le peintre autodidacte, les Douze peintures de paysage regroupent des horizons printaniers, des campagnes enneigées et des villages au sol recouvert de feuilles mortes. Les couleurs sont douces. Le gris prédominant laisse apparaître les teintes saisonnières allant du rose au bleu clair des collines. Chacune de ces peintures mesure 1,8 mètre sur 47 cm.

Qi Baishi (1864-1957) est le peintre chinois de la période moderne le plus cher au monde. Artprice l’a d’ailleurs placé en troisième position de son classement regroupant les artistes les plus côtés de la planète, derrière son compatriote Zhang Daqian (1899-1983) et l’Espagnol Pablo Picasso (1881-1973).

Camille Bardin

Écrit par IEJ3A

Laisser un commentaire