Une paroi en verre «par balles» pour protéger la Tour Eiffel de la menace terroriste

Face à une menace terroriste encore «élevée», le conseil de Paris a voté à l’unanimité ce lundi 27 mars un projet de sécurisation du monument. 

  Projet de construction

Pour un coût de 20 millions d’euros, le projet devrait être achevé au deuxième semestre 2018.       Selon Le Parisien, la construction du mur autour de la tour Eiffel prévoit une paroi en verre, l’esplanade du Champ-de-Mars. Les deux autres côtés, sur lesquels se feront les entrées et les sorties avec plusieurs points de contrôle, seront fermés par des grilles métalliques «reproduisant le profil de la tour Eiffel».

D’après les sources du Figaro, un dispositif «anti véhicule-bélier» sera mis en place et réalisé avec l‘implantation de bornes le long du quai Branly et côté avenue Gustave-Eiffel. L’accès au parvis restera libre et gratuit.

Un dispositif de vidéo surveillance sera également mis en place, sur le parvis et dans la tour.                       Selon Jean-François Martins, adjoint au tourisme de la maire de Paris, Anne Hidalgo, c’est un dispositif «efficace, beaucoup plus esthétique que les barrières actuelles et qui contribuera à améliorer la qualité d’accueil.

Projet rediscuté dans 4 ans

Selon le représentant du préfet de police siégeant au conseil de Paris, ce projet « répond à l’intégralité des prescriptions de la préfecture de police » en matière de sécurité.

Ouest France affirme que ce dispositif sera rediscuté dans quatre ans concernant la réversibilité du dispositif.

En effet le président du groupe communiste Nicolas Bonnet Oulaldj a déclaré que «Nous ne pouvons envisager de nous installer définitivement dans une société de la peur. Depuis 128 ans la Tour Eiffel est accessible elle doit pouvoir le redevenir quand les menaces se seront éloignées».                                                                                                                                                                                                           Un «projet à dimension culturelle», voulu par le Front de gauche, sera à déterminer. Le groupe des Républicains a en outre appelé à un «plan d’urgence» pour le Champ-de-Mars, qui devrait être discuté plus tard.

Écrit par Inès Ali-Khan