Un week-end de sport

CAN : La Côte d’Ivoire au septième ciel

La Côte d’Ivoire est devenue hier soir, championne d’Afrique, pour la seconde fois de son histoire.

Elle a battu l’équipe du Ghana en finale (0-0), 9-8 aux tirs au but, à Bata (Guinée Equatoriale). L’histoire se répète 23 ans plus tard. La finale de 1992, avait déjà été remportée par la Côte d’Ivoire lors d’une séance de tirs au but interminable. Le Ghana n’a pas réussi à prendre sa revanche.

Le héros du soir s’appelle Copa Barry, le gardien des Eléphants. Ayant gardé sa cage inviolée pendant les 120 minutes du match, il a arrêté 2 tirs au but et marqué le sien, synonyme de sacre pour la Côte d’Ivoire. Héroïque, d’autant plus qu’il était critiqué par la presse et ne devait pas jouer la finale. En remplaçant le gardien titulaire, il s’est offert une belle revanche à 35 ans.

 

Revivez la séance de tirs au but :

 

 

Un match polémique

 

Hier soir, la 24ème journée de ligue 1 qui opposait Lyon à Paris s’est achevée sur un match nul, 1-1.

Les deux protagonistes au titre de champion de France nous ont offert un match sous haute tension. Une première mi-temps largement dominée par les Lyonnais. Les Parisiens se sont néanmoins réveillés lors de la seconde période avec plus de 9 tirs cadrés. Le portier de Gerland est de loin l’homme du match, ayant arrêté la quasi totalité des tirs parisiens.

Le seul but encaissé fut sur penalty, le premier fut annulé car les joueurs sont entrés dans la surface de réparation avant le coup de sifflet de Clément Turpin. Mais la seconde frappe est rentrée dans le cadre lyonnais.

Anthony Lopes avait pourtant arrêté la première frappe de Zlatan.

Un match polémique qui nous a offert un beau spectacle tout en laissant Lyon en tête du championnat, alors que Paris aurait pu pour la première fois de la saison prendre les reines.

 

Les réactions parisiennes :

 

 Equipe de France de football féminine : Une victoire historique

 

L’équipe de France de football féminine s’est imposée contre les Etats-Unis, hier au Stade du Moustoir à Lorient devant plus de 15000 spectateurs.

Ce match de préparation pour le Mondial 2015 de football au Canada a permis aux Françaises de s’imposer pour la première fois contre leurs homologues américaines. Une victoire de prestige contre la seconde nation au classement mondial, permettant aux filles de Philippe Bergeroo de se rassurer à quelques mois de la compétition.

Au terme d’un match disputé, ce sont les Françaises qui ont eu l’initiative du jeu. La récompense étant les deux buts en seconde période signés Eugénie Le Sommer (49e) et Jessica Houara (52e). Une victoire de bonne augure pour la suite.

 

Les réactions françaises :

 

VI Nations

Le tournoi des six nations a débuté sur les chapeaux de roue ce week-end.

La France n’a pas déméritée en dominant l’Ecosse, 15 à 18. Les autres matchs ont également offert un beau spectacle aux spectateurs.

Les Pays de Galles et L’Angleterre se sont quittés sur un 21-18 en faveur de l’Angleterre. Puis une victoire écrasante du prochain adversaire des Bleus, L’Irlande face à l’Italie 26 à 3. Le prochain match des Français se déroulera samedi prochain à 18 heures au Stade de France.

 

Les Français conquérants :

 

FED CUP : Les Bleues renversantes

 

Menée 2-0 par l’Italie après les deux premiers simples samedi, les Françaises ont enchainé 3 victoires dimanche, pour se hisser en demi finale.

Sur la terre battue de Gênes, les Françaises ont imposé leur rythme sur le court dimanche. Kristina Mladenovic et Caroline Garcia ont battu la paire Errani-Vinci (6-1, 6-2) pour apporter le point décisif à la France. Une superbe performance sachant que la paire italienne est numéro 1 mondial en double et restait sur 18 victoires d’affilée en Fed Cup.

Les deux joueuses avaient apporté plus tôt dans l’après-midi, les deux premiers points à la France. Kristina Mladenovic s’imposant contre Sara Errani (6-4, 6-3) et Caroline Garcia contre Camila Giorgi (6-4 , 6-0, 6-2). Les Françaises seront opposées en demi-finale à la République Tchèque. Rendez-vous au mois d’avril.

 

Les réactions françaises :

 

Nils Bernardet et Jacques-Olivier Busi

Écrit par nilsolivier