Un médecin mis à pied en 1984 continuait à percevoir son salaire

Centre hospitalier/crédit Henry Salomé

Dans le Finistère, à l’hôpital de Quimperlé, un médecin, suspendu en 1984 en raison de problèmes psychologiques, a continué à percevoir son salaire. 

Entre 2012 et 2015, le médecin aurait perçu 5,5 millions d’euros selon un rapport publié le 21 décembre. La chambre régionale des comptes de Bretagne a indiqué que l’hôpital de Quimperlé a continué de payer son médecin pendant plus de trente ans. Cet ancien chef de service était en effet rémunéré depuis 1984, alors que l’homme n’exerçait plus. Selon ce rapport, qui ne cite pas le nom du praticien, l’homme avait été suspendu de ses fonctions, tout en demeurant dans les effectifs.

«Outre un déficit d’image, il en est résulté un coût salarial de 130.000 euros par an et une privation de recettes annuelles estimée à 980.000 euros, soit un coût total de 5,5 millions d’euros entre 2012 et 2016» pour l’hôpital, résume la chambre régionale des comptes.

En 2004, l’agence régionale de l’hospitalisation a même attribué une enveloppe de 124.000 euros par an à l’hôpital pour «compenser le surcoût lié à ce praticien sans affectation ni activité». Au 31 octobre 2016, il percevait une rémunération brute de près de 7.400 euros par mois.

«Nous avons travaillé en concertation avec l’ARS pour régler le problème. Le médecin a pris sa retraite en janvier», a réagi auprès de l’AFP Carole Brision, nouvelle directrice de l’hôpital de Quimperlé, précisant que «la chambre régionale avait mis en évidence la bonne maîtrise salariale de l’établissement».

 

Maël Chaumier

Edité par Elisa Prejeant

illustré par Marie Bloeme

Écrit par IEJ3B