Un an après l’attentat de Berlin, Angela Merkel reçoit les familles des victimes

Ce lundi, veille de la date anniversaire de l’attentat de Berlin, Angela Merkel devait enfin recevoir les familles des victimes après un an d’attente.

Cela fait déjà un an. Pourtant, les proches des victimes de l’attentat de Berlin ne rencontrent qu’aujourd’hui la chancelière allemande Angela Merkel, ce lundi 18 décembre. Un camion-bélier conduit par un Tunisien de l’Etat Islamique avait foncé dans la foule du marché de Noël, provoquant la mort de douze personnes et en blessant une centaine.

Ces dernières semaines, la dirigeante allemande a été fortement critiquée pour son manque de considération envers les familles des victimes, qui n’ont jamais reçu de condoléances ni de mot personnel de sa part après le drame. Ces dernières ont notamment pointé du doigt son « inaction politique » dans une lettre ouverte publiée récemment : en effet, elle n’a pas non plus organisé de cérémonie d’hommage comme avait pu le faire la France au lendemain des attentats du 13 novembre 2015.

Une indifférence « inhumaine » de l’Etat

Au-delà des graves négligences et soupçons de falsifications concernant le dossier du terroriste Anis Amri, d’autres faits ont exacerbé la colère des familles des victimes. Selon un récent rapport officiel, certaines n’ont pas bénéficié du statut de « reconnaissance nationale ». D’autres ont même reçu des factures d’autopsie à payer.

Par ailleurs, l’identité des victimes a longtemps été tenue secrète en dépit de la volonté de leurs proches, alors que le nom du terroriste Anis Amri était diffusé partout dans la presse allemande et médias étrangers.

Les autorités allemandes se sont engagées à créer un Service central d’accueil pour une meilleure prise en charge. De plus, les indemnisations des victimes, à savoir 2 millions d’euros devraient être revues à la hausse très prochainement.

Loanne Jeunet

Écrit par IEJ3A