Ukraine: le premier ministre donne sa démission
Arseniy_Yatsenyuk_2011-09-28

Arseni Iatseniouk, Premier ministre ukrainien depuis 2014.

 

 

Après des mois de controverse, Arseni Iatseniouk quitte le gouvernement Ukrainien.
C’est lors d’une émission télévisée que le premier ministre ukrainien a annoncé sa démission, assurant avoir fait tout son possible pour « assurer la stabilité du pays et construire une transition aussi calme que possible« . Deux mois plus tôt il échappait à une motion de censure du parlement alors même que le chef de l’état Petro Porochenko demandé sa démission. Depuis des mois en effet la discorde entre le gouvernement et son premier ministre paralysait le gouvernement. Cette décision de quitter le gouvernement devrait être enterriné mardi devant le parlement.

 

Parlement ukrainien

Parlement ukrainien

 

Quand à son successeur il est déjà en scelle, selon Arseni Iatseniouk qui dénonce une manoeuvre politique : « La crise politique en Ukraine est alimentée artificiellement. La volonté de remplacer un homme (Iatseniouk, NDLR) a aveuglé les hommes politiques du pays et paralysé leur volonté de changements réels dans le pays ».
Ainsi donc selon le premier ministre déchu, son successeur aurait déjà été désigné par Petro Porochenko. Il s’agirait de Volodymyr Groïssman, qui est justement le président du Parlement ukrainien.

 

Pour Arseni Iatseniouk c’est la décente aux enfer. Pourtant en 2014 il entre par la grande porte au gouvernement et fait une ascension fulgurante, nommé chef du gouvernement en février, il surf sur le succès du mouvement pro-européen du Maïdan. D’abord apprécié des Occidentaux,  il parle couramment anglais , il rompt avec les habitudes soviétiques et redore l’image de la petite russie. Il sauve alors l’économie du pays touché par une crise sans précédent en imposant de drastique coupe budgétaire, ce qui permettra au pays d’obtenir une aide monétaire indispensable de la part du fond monétaire international.

 

Mais le premier ministre, s’il plait au Occidentaux, n’a pas les faveurs des russes. Ses prises de positions anti-russes et son plaidoyer en faveur de l’adhésion à l’Otan refroidie l’Ukraine. S’en est trop pour la population, bien trop fidèle à la Russie, qui favorise l’émergence d’un nouveau parti, le front national ukrainien, qui arrivera en tête du scrutin proportionnel lors des législatives de fin 2014.

Quelques scandales financiers plus tard, l’image du premier ministre s’est bien ternie, et sa politique ne séduit plus, les résultats se font attendre et sa chute est enclenchée. Finalement même le Président, son seul allié restant, demandera sa démission en février 2016.
Aujourd’hui Arseni Iatseniouk a cédé, il quitte le gouvernent. Mais il semble qu’il ne sera pas le seul, le chef de l’état devrait en profiter pour renouveler son gouvernement, sans trop s’éloigner d’une politique pro-occidentale, mais cette fois avec plus de tact pour son voisin Russe.

 

Écrit par Cécilia Severi