Twitter a 10 ans et ne produit toujours pas de bénéfice

Malgré une forte notoriété et une capitalisation boursière estimée à presque 30 milliards de dollars, le bilan du réseau social est déficitaire. Des causes multiples : un modèle économique encore timide, une stratégie publicitaire développée tardivement et des difficultés à fidéliser les nouveaux inscrits.

10 ans après sa création, Twitter peine toujours à trouver son modèle économique. Le réseau de Jack Dorsey ne produit aucun bénéfice et affiche même dans le dernier bilan 510 millions d’Euros de pertes. Etonnant ? L’audience comptabilisée à 320 millions de twittos actifs à ce jour dans le monde ne suffirait pas à rivaliser avec les mastodontes des réseaux sociaux. Ces chiffres ont contribué à faire chuter le cours de l’action. Pour les investisseurs et les publicitaires, malgré un chiffre d’affaires en croissance de 48% entre fin 2014 et fin 2015, l’audience reste le nerf de la guerre.

 

Logo du site de messagerie instantanée Twitter

Logo du site de messagerie instantanée Twitter

 

 

Le réseau peine à fidéliser ses nouveaux inscrits

Le gros point noir du recrutement est la difficulté du réseau social à fidéliser les nouveaux inscrits. Une grande part déserte rapidement le réseau après l’inscription. Pour Franck Confino, expert en réseaux sociaux, beaucoup de nouveaux utilisateurs ouvrent un compte lors des concours organisés à l’initiative des émissions TV mais leur visite sur la plateforme reste très ponctuelle.

Facebookiser le réseau ou le risque de tuer l’oiseau rare

Après la nomination d’une nouvelle équipe dirigeante, le réseau social a mis en place de nouvelles fonctionnalités utilisées par Facebook afin de mieux rentabiliser le site mais il a été vivement critiqué. Pour Franck Confino, si Twitter va sur les terres de Facebook, le combat est perdu d’avance car Facebook compte déjà 5 fois plus d’abonnés que Twitter. Selon l’expert, le réseau social aurait tout intérêt à ne pas se disperser et se définir haut et fort comme le réseau business to business des influenceurs.

Écrit par Estelle Gousson