Trump de plus en plus isolé sur les accords de Paris

La COP23 qui se déroule à Bonn, en Allemagne, s’est ouvert lundi 6 novembre, et tient déjà son lot de surprises. En effet, la Syrie s’apprête à ratifier les accords de Paris, laissant le président des Etats-Unis seul sur le navire des réfractaires. 

« Afin de remplir mon devoir solennel de protection de l’Amérique et de ses citoyens, les États-Unis se retireront de l’accord de Paris sur le climat » avait annoncé Trump en juin dernier. Selon le président, cet accord désavantagerait les USA. Le président assume un énorme retour en arrière en matière de politique environnementale et ne craint pas d’isoler son pays sur la scène internationale dans ce domaine.

Ses intentions ont toujours été claires : redonner un coup de pouce aux énergies fossiles comme par exemple les centrales à charbon ou l’explosion du nombre de puits de pétrole, même si ces deux pratiques sont extrêmement polluantes. A ses yeux, le plus important est de relancer à tout prix l’emploi dans un pays où le taux de chômage avoisine les 4,5%. Mais, après un an, les premiers résultats sont quasiment inexistants.

Et pire encore, Trump prend un malin plaisir à détruire le travail d’Obama, notamment sur le « clean power plan », comprenez ici le « projet pour une énergie propre ». D’ici 2030, les centrales devaient réduire leurs émissions de CO2 de 32%. Mais, saisie par de nombreux Etats notamment tenus par des républicains, la justice a bloqué ce texte.

Paris organisera un nouveau sommet sur le climat en décembre 2017, deux ans après la COP21, qui avait été saluée comme un large succès par les représentants des Etats participants. Mais l’Elysée a d’ores et déjà prévenu : ne sont conviés que les Etats engagés dans la mise en oeuvre de l’accord de Paris. A cette date, Donald Trump n’a donc pas reçu d’invitation…

 

Maël CHAUMIER

Écrit par IEJ3B

Laisser un commentaire