Travail dominical : accord signé à la FNAC

Les discussions lancées par la Fnac fin octobre ont abouti mardi 19 janvier à « un projet qui semble porteur de nombreuses garanties » selon la CFDT.

Alexandre Bompard

Alexandre Bompard Patron de la Fnac

C’est en toute fin de soirée que la Fnac a franchi une étape très importante dans sa bataille pour ouvrir ses magasins parisiens le dimanche.

Les syndicats avaient jusqu’à mercredi pour se positionner sur le projet, visant à permettre l’ouverture des magasins du groupe dirigé par Alexandre Bompard le dimanche dans les zones définies par la loi Macron, et notamment tous les dimanches de l’année dans les zones touristiques internationales (ZTI).

Le texte prévoit des modalités différentes pour les magasins ouverts occasionnellement (jusqu’à 12 dimanches maximum) et ceux ouverts régulièrement le dimanche.

Pour ceux ouverts occasionnellement le dimanche, la majoration sera de 100%, payés le double. Pour ceux ouverts régulièrement le dimanche, notamment en ZTI, il est prévu que 12 dimanches soient majorés à 200%, c’est à dire payés le triple.

Un repos compensateur est prévu seulement pour les magasins ouverts occasionnellement.

À lire aussi : La CFDT signe à son tour l’accord sur le travail dominical à la Fnac 

Autres garanties prévu par la CFDT

Les salariés à temps plein disposeront de deux jours de repos consécutifs. Les frais de taxis seront pris en charge, ainsi qu’une grande partie des frais de garde d’enfants : chèques Cesu de 100 euros pris en charge à 60% par l’entreprise pour le travail dominical et 20 euros par heure pour le travail en soirée.

Emploi

 Selon la CFDT, la Fnac promet d’augmenter une augmentation de 2,6% des effectifs en cas d’ouverture régulière.

 

Mahmoud Mebarek

Écrit par Mahmoud Mebarek