Thanksgiving : retour sur cette fête purement américaine

Ce jeudi 24 novembre, c’était Thanksgiving outre-Atlantique. Cette fête traditionnelle aux Etats-Unis existe depuis le XVII ème siècle, afin de remercier l’échange culturel entre les colons et les Indiens d’Amérique par un repas constitué principalement d’une dinde.

Enorme repas, longues heures de football américain devant la télévision, sans épargner une petite dispute en famille… Thanksgiving est une fête unique pour les Américains.

Aussi nommée « l’action de grâce », cette coutûme annuelle devenue laïque puisse ses racines dans l’origine du pays et a lieu le dernier jeudi du mois de novembre. C’est en Nouvelle-Angleterre au XVI ème siècle, dans le nord-est des Etats-Unis, que les premiers colons américains ont débarqué.

Les puritains ne connaissaient pas bien le territoire et le climat de ce nouveau pays où il fallait vivre : le peuple  religieux n’était pas habile avec le travail de la terre. Les autochtones de la région ont alors décidé d’aider les puritains en leur partageant leur nourriture. En retour, les Américains ont offert aux indigènes des pistolets et des couvertures. Outre-Atlantique, on commémore encore cet échange culturel par un remerciement avec Thanksgiving.

Au menu : potiron, des ignames (patates douces), sauce ou gelée canneberges (cranberries), tarte aux pommes, à la noix de décan ou au potiron, sans oublier l’incontournable dinde farcie.

Selon Statistics Brain, 2,9 millions de dollars sont dépensés aux Etats-Unis pour le dîner chaque année, et 7 kg de dindes sont consommées en moyenne par Américain.

Récemment, les scientifiques ont découvert que cette volaille contenait une substance chimique nommée tryptophane, entraînant la somnolence. L’origine de la fameuse sieste à laquelle succombent les Américains le jour de Thanksgiving serait donc enfin dévoilée.

 

Estelle Priam

Écrit par Estelle Priam