La Russie et les Etats-Unis ont signé, hier, un accord visant à éviter les incidents aériens entre les deux pays dans le ciel syrien. 

Si jusqu’à présent, aucun incident majeur n’a été rapporté dans le ciel syrien, certains appareils de la coalition menée par les Etats-Unis ont dû revoir leurs plans de vol pour ne pas empiéter sur la zone d’action des avions russes. Un changement de cap qui a contraint la Russie et les Etats-Unis à signer, hier, un accord sur leurs interventions aériennes.

« Le mémorandum contient un nombre de règles et de restrictions visant à empêcher des incidents entre les avions russes et américains », a déclaré Anatoli Antonov, vice-ministre russe de la Défense.

De son côté, Peter Cook, porte-parole du Pentagone, a souligné le professionnalisme dont les pilotes des deux pays devront faire preuve. Il a d’ailleurs conseillé l’utilisation de fréquences radio communes et la création d’une ligne secondaire au sol.

A lire aussi : Les dates clés pour comprendre les quatre ans de guerre en Syrie

Le 30 septembre dernier, date à laquelle elle s’est engagée dans la lutte contre l’Etat islamique en Syrie, la Russie avait déjà réclamé des échanges d’informations sur le déroulé des opérations américaines afin d’éviter un incident entre les différents avions.

Cependant cet accord ne marque pas le point de départ d’une plus ample coopération entre les deux pays en Syrie. Le Pentagone soutient toujours que la Russie vise les rebelles qui combattent les forces de Bachar al-Assad.

Visite impromptue ?

Dans le même temps, Vladimir Poutine a reçu, à Moscou, le président syrien pour une « réunion de travail », a-t-on appris  ce matin du porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. Durant cette visite, Vladimir Poutine a assuré son homologue de son soutien, en plus de l’implication de l’aviation militaire russe.

A lire aussi : Vladimir Poutine souffrirait d’une « forme d’autisme » selon le Pentagone

Une première entrevue à l’étranger pour Bachar al-Assad depuis le début de la guerre civile dans son pays en 2011 qui pourrait bien corroborer les dires du Pentagone.

La Russie assure pourtant viser l’Etat islamique et d’autres « groupes terroristes » sans toutefois préciser lesquels.

 

A voir : La rencontre tendue entre Barack Obama et Vladimir Poutine à l’ONU

 

Solene Collas

Écrit par solene.collas