Syndrome du choc toxique : cette mannequin va perdre sa deuxième jambe

Crédit photo : Capture écran de la page Instagram de Lauren Wasser

Lauren Wasser, mannequin de 24 ans, va être amputée de sa deuxième jambe après avoir contracté le syndrome du choc toxique des suites d’un port de tampon pendant ses règles. 

En 2012, la mannequin californienne se faisait amputer pour la première fois d’une jambe après avoir contracté le syndrome du choc toxique, causé par le port d’un tampon périodique. Cette maladie rare est trop peu présente dans les débats de santé, c’est pourquoi aujourd’hui elle milite pour mettre ce syndrome sur le devant de la scène, et pour prévenir les femmes des risques encourus. «Le syndrome du choc toxique m’a coûté ma jambe mais, des années plus tard, je me suis consacrée à la sensibilisation et à la prévention de ce problème», a-t-elle confié dans une tribune publiée fin novembre sur le site InStyle.

Désormais c’est sa seconde jambe qui risque d’être amputée. Touchée par une gangrène, Lauren Wasser a convaincu les médecins de tout faire pour sauver sa jambe gauche. Malheureusement déjà bien atteinte elle a dû se faire retirer les orteils, ainsi que le talon. Le pied est marqué par un ulcère qui ne se referme jamais. A seulement 24 ans, la Top model ne renonce pas à son rêve et a fait de ses défauts une force. C’est donc librement qu’elle pose sur les réseaux sociaux avec sa fausse jambe.

Maël Chaumier

Edité par Elisa prejeant

Illustré par Noa Bettan

Écrit par IEJ3B

Laisser un commentaire