Un sommet se tiendra aujourd’hui à Minsk pour tenter de mettre un terme au conflit ukrainien. François Hollande et Angela Merkel iront à la rencontre des présidents russe et ukrainien.

Bientôt un an que la situation ukrainienne perdure. Malgré le protocole conclu à Minsk le 5 septembre dernier, les affrontements ont continué, portant le nombre de morts à plus de 5400 depuis le début du conflit. Pourtant, les négociations entre Poutine, Porochenko et les séparatistes avaient abouti à un cessez-le-feu ainsi qu’à la création d’une zone tampon partiellement démilitarisée à l’Est.

Un constat inacceptable aux yeux des puissances occidentales. Cette fois-ci, les chefs d’état français et allemand ont fait le déplacement, symbole de la volonté de trouver une issue pacifique et définitive. La chancelière a même présenté le plan de paix à Barack Obama lundi dernier.

Evidemment, cela ne sera pas aussi simple. Plusieurs interrogations subsistent : Poutine souhaite une révision des sanctions prises à son encontre suite à l’annexion de la Crimée. De plus, le président russe milite pour un référendum dans les régions contrôlées par les indépendantistes pro russes (Donetsk et Lougansk) afin de définir leur statut international.

La signature d’un nouvel accord est attendue, avec un cessez-le-feu durable à la clé dans l’idéal. Il devrait reprendre beaucoup de points déjà « actés » lors du protocole de Minsk, à la différence qu’une entrave aux textes prendrait d’autres dimensions.

En revanche, si les dirigeants n’arrivaient pas à trouver un terrain d’entente, le pire resterait à craindre. Le président américain annoncera bientôt s’il décide d’équiper l’armée ukrainienne. Nul doute que l’issue du sommet de Minsk influencera sa décision.

Tristan Telfouche

Écrit par imtel