Sofiane, l’insaisissable phénomène rap

CEUX QUI ONT MARQUE 2017. Entre musique et soucis avec la justice, le rappeur Sofiane, de son vrai nom Sofiane Zermani, a marqué l’année.

Depuis le début du mois de septembre, les fans de rap ont le plaisir de pouvoir suivre « Rentre dans le cercle » sur YouTube. Il s’agit d’une série de vidéos présentant toute sorte de rappeurs, du plus populaire au moins connu. Une idée, venue du rappeur Sofiane.

Le concept est simple : un MC, une instru, un DJ et une camera. Reprenant le concept des Cypher aux Etats-Unis, cette série de freestyle a déjà franchi la barre des 10 millions de visionnages. « Il y a pleins de rappeurs à découvrir, pleins de rappeurs déjà confirmés, tout le monde viendra mouiller son maillot pour l’amour du truc » a estimé « Fianso », surnom du rappeur, au micro de Fred Musa sur Skyrock. Le journaliste s’est lui-même exprimé sur le concept : « C’est incroyable, c’est un peu à l’américaine ».

Depuis la sortie de #Jesuispasséchezso, sa précédente web-série, Sofiane a remis le freestyle au goût du jour. Et au passage, s’est fait connaître du grand public.

Un rappeur à multiples facettes

Inconnu il y a encore un an, le rappeur Sofiane, 31 ans, a émergé cette année. À son actif, des clips plébiscités : « Tout l’monde s’en fout », 64 millions de vues sur YouTube, « Mon petit loup », 50 millions.

Pourtant, la carrière du Blanc-Mesnilois a débuté il y a plus de 10 ans. Après avoir arrêté les cours à l’âge de 15 ans, il commence à jouer dans le groupe Les Affranchis, puis, en 2007 sort son premier maxi (9 titres) « Première Claque ». Pendant dix ans, Sofiane affûte sa plume. Il écrit des textes pour Khaled, Kery James ou encore John Mamann.

Aujourd’hui, « il rêve d’être le parolier de Cabrel », nous témoigne son manager, « Tefa ». Cette année, le rappeur a sorti son premier album « Bandit saleté » le 12 mai, certifié disque d’or un mois plus tard. Mais la musique n’est pas le seul point où l’artiste a été mis en avant.

En février, on le retrouve dans les rubriques société des journaux : il s’interpose à Bobigny entre jeunes et policiers lors d’une manifestation de soutien à Théo, victime de violences policières. Sofiane tente de ramener le calme entre les protestataires et les forces de l’ordre. Il discute des deux côtés, la tension baisse, une attitude responsable et pacifiste est saluée.

En avril, il revient, cette fois à la page des faits divers : il bloque pendant quatre minutes l’autoroute A3, près de Paris, pour tourner son clip « Toka ». Une affaire qui emmènera « Fianso » devant le tribunal correctionnel de Bobigny le 22 janvier prochain. Jugé pour « entrave à la circulation », le rappeur encourt une peine de deux ans de prison et une amende de 4.500 euros.

Des événements qui illustrent la personnalité complexe du nouveau chouchou des quartiers. Une personne complètement impliquée dans les banlieues défavorisées. « Depuis quinze ans, il aide notre association de réinsertion (Lumière & Couleurs 93), qui compte plus de 1.000 bénévoles en France. Il a toujours été présent », témoigne Haikel Drine, adjoint au maire du Blanc-Mesnil, au Parisien. Une fois par mois au moins, il parcourt les rues pour distribuer des kits d’hygiène ou des paniers alimentaires aux SDF du coin.

Le phénomène Sofiane ne fait que débuter. Il sera prochainement à l’affiche du dernier film de Kheiron, « Mauvaises Herbes ». Il jouera notamment au côté de Catherine Deneuve.

 

Mathias Pichot et Benjamin Delporte

Écrit par IEJ3A

Laisser un commentaire