Snowzilla : l’économie américaine s’enrhume

Tous les ans depuis quatre années, c’est la même histoire. Le PIB du premier trimestre aux USA est très faible, faute d’une météo exécrable. Quels effets réels sur l’économie du pays ? 

Cette année elle s’appelle Jonas et elle a même un surnom : Snowzilla. Entre « la neige » et « Gozilla », ce monstre météorologique est le plus important depuis 50 ans. Ses conséquences sont désastreuses : 36h de neige sans interruption entre le 22 et le 24 janvier 2016, et un pays enfoui sous la neige. Jusqu’a un mètre en Virginie, 68 en une seule journée à Central Park, et Washington recouvert par 56 centimètres de poudreuse en un jour.

Parmi les secteurs les plus touchés, le commerce arrive en première position, représentant 70% de l’activité américaine. Effets néfastes également pour les transports. On estime à 6000 les nombre de vols annulés entre le 22 et le 23 janvier 2016. Très touchés aussi, les compagnies d’assurances gérant les accidents et dégradations liées aux chutes de neige; les cinémas et autres restaurants.

Ce premier semestre, et comme en 2014 et 2015, l’économie américaine est temporairement la grande malade. En 2014, le PIB avait reculé de 2,1 sur cette période, provoquant la stupeur des économistes. L’année dernière, l’économie américaine se tenait mieux que la précédente: Recul cette fois de 0,7% pour le PIB entre Janvier et mars 2015.

Le grand froid gèle l’économie, obligeant les dirigeants d’entreprises à s’adapter aux conditions météorologiques. Selon le département américain du Commerce, c’est 70% de l’économie mondiale qui serait « météosensible ».

 

Lina El Arabi 

 

 

 

 

 

 

 

 

Écrit par Lina Elarabi