SNCF : nouveau coup dur pour les fraudeurs

La SNCF a annoncé une hausse du prix de ses amendes et du nombre de contrôles. Dans le cadre d’un plan de lutte contre la fraude, cette nouvelle augmentation est très importante. 

Source : http://www.google.fr/imgres?imgurl=https%3A%2F%2Fc2.staticflickr.com%2F6%2F5343%2F9411337558_180527004c_b.jpg&imgrefurl=https%3A%2F%2Fwww.flickr.com%2Fphotos%2Fzigazou76%2F9411337558%2F&h=680&w=1024&tbnid=zxVi-aDKPhoyPM%3A&zoom=1&docid=WLpPQ8zBzxcVLM&hl=fr&ei=chv0VL801Nlqi8yBoAU&tbm=isch&iact=rc&uact=3&dur=735&page=1&start=0&ndsp=4&ved=0CCAQrQMwAA

Les amendes vont passer de 35 à 50 euros

 

100 millions pour les Transiliens en Île-de-France, 100 sur les grandes lignes et les derniers 100 millions dans les TER. La fraude coûte plus de 300 millions chaque années à la SNCF. Cela équivaut à environ dix nouveaux trains, ou encore près de 15km de voies ferrés.

 

 

 

 

C’est ce lundi 2 mars qu’entre en application le plan anti-fraude de la SNCF.

Restée intacte depuis 2003, le coût de l’amende passe cette fois de 35 à 50 euros, et pourra même atteindre 375€ en cas de non-paiement. Ce n’est pas tout, car dans le même temps, les contrôles vont être renforcés dans les gares et les trains. 

«Nous allons taper beaucoup plus fort. Ce pays a besoin que la règle soit respectée et (…) chacun doit payer ce qu’il doit», estime Alain Le Vern, chargé des fraudes à la SNCF. «Il ne faut pas avoir de la compassion pour les gens qui fraudent. Il existe 1400 tarifications. Dans toutes les régions quelqu’un en recherche d’emploi peut avoir une quinzaine d’allers retours gratuits pour aller chercher du travail donc ce n’est pas le sujet». Une fermeté affichée et partagée par les membres du groupe et de l’état. Notamment Maud Bailly, la directrice des trains, qui souhaite « inverser durablement la tendance et casser la fraude organisée ».

Reste désormais une seule issue aux usagers, prendre un ticket !

Antoine Delamare.

Écrit par maxantoine