Serge Gainsbourg en cinq chansons cultes

Il y a  25 ans, l’homme à la tête de chou disparaissait. Il demeure cependant en bonne place parmi les chanteurs préférés des Français grâce à des tubes qui ont marqué l’histoire de la musique. Retour sur cinq d’entre eux.

«  Le poinçonneur des Lilas » 1958

Extraite du premier album de Serge Gainsbourg, « Du chant à la une ! »,  la chanson résonne encore aujourd’hui comme un manifeste de l’ennui au travail, de l’esprit qui divague, rêve d’ailleurs et de liberté.

«  La Javanaise » 1963

Un classique dont le contexte de l’écriture a constitué la légende. Dans son appartemment de la rue de Verneuil, Serge Gainsbourg compose le morceau pour Juliette Gréco après un soirée passionnée que les deux monstres sacrés de la chanson française passèrent ensemble.

« Bonnie & Clyde » 1968

Ce duo mythique avec Brigitte Bardot, star planétaire à l’époque, a marqué le public quelque mois après la sortie à succès du film hollywoodien. En incarnant le célèbre couple criminel des années 20, Serge Gainsourg et Brigitte Bardot ont nourri le fantasme d’une liaison sulfureuse et romanesque qui, en réalité, fut très succincte en réalité.

« Je t’aime… moi non plus » 1969

En une seule nuit, Serge Gainsbourg honore la commande de sa muse parmi ses muses, l’actrice Jane Birkin: «Écris moi la plus belle chanson d’amour que tu puisses imaginer ». Enregistrée le lendemain, la chanson suscitera le scandale et sera interdite dans de nombreux pays.

« Je suis venu te dire que je m’en vais » – 1973

Tandis qu’il frôle la mort après un premier infarctus, Serge Gainsbourg répond par un pied de nez lors de son hospitalisation: « Quand tout va mal, il faut chanter le bel amour. Quand tout va bien, chanter les ruptures et les atrocités ». En résulte ce texte poétique qui emprunte certains vers de Paul Verlaine. Il s’adresse à Françoise-Antoinette Pancrazzi, sa première épouse et mère de ses deux premiers enfants.

John Barrot

Écrit par John Barrot