La sélection en master rendue illégale, ou le nivellement par le bas à la Française

Fini les classements des master, fini le stress de l’acceptation, fini la joie de l’admission. Mercredi 10 février, l’Etat a rendu son verdict quant à la sélection en classe master, et il est clair : la sélection n’a aucun fondement légal, tout diplômé de licence ayant le droit de poursuivre ses études en master.

Conseil d'Etat de Paris ©Wikipedia

Conseil d’Etat de Paris ©Wikipedia

Les étudiants ayant poursuivi les universités qui les avaient recalés en master ont obtenu gain de cause. Tout diplômé de licence a le droit de poursuivre ses études en master pendant quatre semestres pour tenter d’obtenir un bac +5. L’avis, rendu par la plus haute juridiction administrative, va obliger les pouvoirs publics à se plier à cette décision.

Thierry Mandon, secrétaire d’Etat à l’enseignement supérieur, annonce qu’il  « proposera dans les prochains jours un décret permettant de sécuriser le fonctionnement actuel du cycle de master ». Une partie du texte est déjà prête mais elle doit être présentée pour avis consultatif « au Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche (CNESER), afin d’être mis en œuvre dès la prochaine rentrée universitaire ».

A lire aussi : l’article publié par le Conseil d’Etat expliquant la procédure.
Amphithéâtre faculté ©Wikipedia

Les facultés devront maintenant accueillir tous les candidats au risque de classes surchargées ©Wikipedia

La décision a été prise « en vertu de l’article L. 612-6 du code de l’éducation, l’admission à une formation relevant du deuxième cycle ne peut faire l’objet d’une sélection », annonce l’avis contentieux publié par le Conseil d’Etat.

La sélection ne peut se faire ni en fonction de la capacité d’accueil de la formation ni sur la réussite d’un concours ou examen du dossier des candidats. Seule une liste limitative de master auront le droit de recourir à une sélection, liste qui sera établie par le Ministère de l’Enseignement Supérieur.

Capucine Brackers de Hugo

Écrit par Capucine Brackers de Hugo