La ministre de l’écologie condamne, dans une interview accordé au Parisien/Aujourd’hui en France, le vote des députés européens permettant aux constructeur automobiles d’émettre plus de gaz polluants.

« Le poids des lobbys ». C’est ainsi que Ségolène Royal dénonce, au lendemain d’un vote européen, l’assouplissement des normes anti-polluantes. Hier soir, les députés européens ont autorisé les constructeurs automobiles à dépasser les normes d’oxyde d’azote (NOx) et de tester les émissions polluantes sur route et non plus dans des pièces conçues pour. Pour l’instant, seuls les véhicules diesels sont concernés. Les émissions polluantes pourront être dépassées de 110% au dessus des normes établies lors de ces tests.

La commission Environnement et santé publique du parlement européen avait déposé une objection contre cette mesure. L’objection a été rejetée, hier soir. 323 eurodéputés ont votés contre elle, 317 pour et 61 se sont abstenus.

L’ancienne candidate aux présidentielles de 2007 dénonce, dans cette même interview, le fait

« d’instaurer des normes plus laxistes (…), c’est comme donner un droit à polluer aux constructeurs automobiles ». Pour elle, les votants ont cédé aux pressions des constructeurs. Elle souhaite une « clarification » de ce projet qui suscite chez elle « une profonde incompréhension ».

A lire : Quel mesure à été rejeté hier soir, à Strasbourg ?

Cette décision intervient 3 mois après le scandale Volkswagen et plus d’un mois après la COP 21.

 

Maxence Bernaud

Écrit par Maxence Bernaud