Sarkozy, sa France, ses regrets, son mea culpa

Le chef des Républicains, Nicolas Sarkozy, sort un livre-inventaire « La France pour la vie » ce lundi. Dans son édition du vendredi, Le Figaro, publie quelques extraits. Bien que Nicolas Sarkozy assure ne pas être en campagne pour l’élection présidentielle de 2017 des doutes persistent.

 Pas moins de 260 pages de confessions et de remises en question. Une première pour un ex-chef d’Etat. Il reconnaît des erreurs sur sa manière d’être : les vacances sur le yacht de Vincent Bolloré pour sauver son couple ou le célèbre « Casse toi pauv’con« , lancé à un visiteur du Salon de l’Agriculture en 2008.

« Ce fût une erreur (…) que je regrette encore aujourd’hui. En agissant ainsi, j’ai abaissé la fonction présidentielle« , confie-t-il.

L’ancien Président regrette aussi ne pas avoir été assez loin sur la sécurité et l’immigration après le discours de Grenoble. Désormais il évoque un référendum sur le sujet. Sur le plan fiscal, il juge l’exonération fiscale des heures supplémentaires être une réforme « habile » mais « coûteuse« .

Au total , ce sont 27 erreurs que le quotidien Libération a répertoriées.

Concernant le mariage pour tous, revirement de situation, puiqu’il revient sur ses dires. Lui qui s’était opposé au mariage pour tous il n’est désormais plus question pour lui de réécrire la loi

« Il ne sera pas question de démarier les mariés et de revenir en arrière. J’avais pensé à l’époque que les ambiguïtés de la loi Taubira sur certains points imposeraient une nouvelle rédaction. À la réflexion, je crains que le remède soit pire que le mal« .

Il évoque aussi ses potentiels futurs adversaires à la primaire des Républicains, restant courtois en parlant d’Alain Juppé :

« Malgré nos différences d’âge, dix ans, il y a souvent eu de la concurrence entre nous. Celle d’aujourd’hui n’est donc pas nouvelle« . Il assure aussi n’avoir aucun regret sur la nomination de François Fillon à Matignon mais l’égratigne au passage « J’ai trop souvent pris les silences de François Fillon comme autant d’acquiescements (…) caractéristique d’un tempérament plus complexe que je ne l’avais imaginé« .

 

Pourtant il l’affirme « Ce livre n’est pas une déclaration de candidature à la prochaine élection présidentielle ». Mais il est difficile à croire tant ce livre ressemble a un début de programme dans lequel il avance quelques idées, reprend ses sujets favoris et égratignent ceux qui veulent lui « prendre sa place« .

Ces derniers temps Nicolas Sarkozy multiplie les déplacements pour « être au plus proche des Français« . Comme un air de campagne…

Chloé Buron

Écrit par Chloe Buron