Salim Benghalem, l’absent du procès de la filière djihadiste du Val-De-Marne

Ce mardi 1er décembre, c’était l’ouverture du procès de la filière djihadiste du Val-De-Marne au tribunal correctionnel de Paris. 7 suspects doivent être jugés, mais l’un d’eux manque à l’appel. Il s’agit de Salim Benghalem. Retour sur le parcours de l’un des terroristes les plus dangereux au monde.

Cerveau présumé des attentats de Charlie Hebdo et de l’Hyper Cacher en janvier dernier, il est actuellement l’un des djihadistes les plus recherchés de la planète. Les services de renseignements sont formels, Salim Benghalem est « le responsable de l’accueil des français et francophones » au sein des troupes de Daech.

Après s’être radicalisé au cours d’un séjour en prison à Fresnes, il rejoignait le groupé armé Al Nosra, affilié à Al-Qaida. C’est en 2013 alors qu’il n’avait que 33 ans qu’Abou Mohamed (nom de guerre de Benghalem) serait devenu l’un des bourreaux de l’Etat Islamique.

Sa femme Kahina l’avait suivi jusqu’en Syrie. Mais trois mois après son arrivée, elle reprenait le chemin de la France à cause des bombardements. Interrogée lors de son retour sur le sol français en janvier 2014, elle n’hésitait pas à parler de son mari et de ses intentions : « S’il, rentrait ce serait pour faire un attentat, un maximum de dégâts ».  A l’époque de ce témoignage, Salim Benghalem faisait partie de la police islamique de Daech.

Malgré son absence sur le banc des accusés, ce n’est pas un hasard s’il est jugé dans ce procès: les six autres prévenus ont tous été en lien avec lui. Notamment Abdelamek T. et Younès C. avec qui il entretenait des contacts réguliers. Le premier l’aurait assisté en Syrie, alors que le second serait à l’origine des départs au Djihad des quatre autres prévenus.

A lire aussi : Filière du Val-de-Marne en Syrie: « Pourquoi pas participer aux combats? »

 

Florian Sourieau

Écrit par florian.sourieau