Réveillon du Nouvel an : une soirée « sans incidents majeurs »

Le ministre de l’Intérieur Bruno Le Roux s’est félicité pour le calme relatif de la nuit du Nouvel an en France. Un passage à l’année 2017 qui s’est « particulièrement bien passé ».

En France, la nuit du Nouvel an s’est « déroulée sans incidents majeurs » a annoncé Bruno Le Roux, dimanche 1er janvier au matin lors d’un déplacement à Paris, dans une caserne de Pompiers.

Dans un communiqué, le nouveau locataire de la Place Beauvau évoque une baisse significative des actes criminels.  « Sur les cinq dernières années, le nombre de véhicules brûlés a diminué de 20 % ».

Une baisse qui s’explique notamment par un changement d’indicateurs. Pour établir des chiffres, le ministère de l’Intérieur ne s’est pas basé sur le nombre de voitures brûlées comme auparavant, mais sur le nombre de mises à feu directes. Un chiffre moins explicite.

Pour assurer la sécurité du Réveillon, près de 100 000 policiers, gendarmes ou militaires étaient déployés sur le territoire. Au total, 454 personnes ont été interpellées en France, dont 301 ont été placée en garde à vue.

Deux CRS et un Pompier ont été les cibles de jets de projectiles.

Le nombre de voiture incendiées s’élève à 650. Un phénomène « contenu » par rapport aux années précédentes selon le ministre de l’Intérieur. L’an passé, le nombre de mises à feu directes était légèrement inférieur avec 602 véhicules incendiés. Une hausse de 8% des mises à feu directes pour 2017.

Selon des informations du journal Le Monde, Bruno Le Roux dresse un bilan légèrement biaisé, en se basant sur le nombre de mises à feu directes et non pas sur le nombre total de voitures incendiées. Les années précédentes : 804 voitures avait brûlées en 2016, 940 en 2015, 1067 en 2014 et 1193 en 2013.

Le ministère de l’Intérieur a donné le nombre exact de voitures brûlées lors du réveillon de 2017, ce lundi matin. Bruno Le Roux annonce 945 voitures brûlées. Une baisse de 20% sur les cinq dernières années, qui cache en réalité une hausse à court-terme.

Adrien Chaix

Écrit par Adrien Chaix