Réunion au sommet sur la crise humanitaire à Alep

Alors que la victoire de Bachar El Assad sur les forces rebelles basées à Alep-Est semble assurée, les observateurs parlent d’une descente en enfer dans la partie Est de la ville, bastion de l’opposition.

Sur demande de la France, le Conseil de sécurité de l’ONU devait se réunir en urgence, mercredi matin, à New York afin de traiter de la situation critique à Alep. Un responsable des opérations humanitaires ainsi que le médiateur des Nations-Unis en Syrie devaient faire un compte-rendu de la crise humanitaire sur place aux quinze ambassadeurs du Conseil.

L’offensive avait été lancée le 15 novembre dernier mais c’est au cours de ces trois derniers jours que la progression de l’armée nationale et de ses forces alliées a été la plus impressionnante. Mieux armée et plus puissante que les rebelles, elle est parvenue à reprendre le contrôle de 30% de la deuxième plus grande ville du pays en seulement 72h. Incapables de répondre, les rebelles sont en passe de perdre le contrôle de la ville.

 

Mais alors que les combats font rage, c’est du côté des civils que la situation est la plus inquiétante. Jusqu’alors les bastions rebelles de la ville parvenaient à acheminer de la nourriture via des réseaux de contrebande. Or, puisqu’il est désormais impossible de pénétrer dans l’enceinte d’Alep-Est, la population peine à s’alimenter. Situation d’autant plus préoccupante, que le prix des denrées de base ne cesse d’augmenter. Dans une interview accordée à RFI Kristina Armstrong, porte-parole du Comité International de la Croix Rouge (CICR) déclarait qu’il était de plus en plus “difficile d’avoir de la nourriture. Le coût augmente pour les produits de base comme les fruits, les légumes, la viande…”.

Le risque d’une pénurie alliée à la rapidité de l’avancée des troupes de Bachar El Assad a provoqué un déplacement massif des populations locales. D’après le CICR, environ 20 000 personnes auraient fui la partie Est de la ville et ce uniquement au cours de ces dernières 72h.

Aude Solente

Écrit par Bertille Fonteneau