« Retrouver le plaisir enfantin des jeux rétro »

Membre actif de l’Observatoire des Mondes Numériques en Sciences Humaines (OMNSH), Michael Stora est aussi un grand amateur de jeux vidéos. Ces dernières années, de nombreux jeux rétro sont ressortis. Un seconde vie, que Michael Stora explique par une forte nostalgie et un retour aux sources des premiers jeux vidéos.

12596605_1545304242433574_1017253961_o

 

Pourquoi y-a-t-il un engouement pour le retrogaming ?

La plupart des joueurs actuels, même ceux qui ont 40 ans, ont connu les premiers jeux vidéos dans leur enfance. Et, comme tout être humain, ils ont toujours une part de nostalgie. Je crois aussi qu’il y a cette idée que ces jeux avaient des ressorts ludiques et nous sommes dans une société où le ludique et l’infantile reviennent en force. Jouer à ses premiers jeux est donc une manière de retrouver ce plaisir enfantin sans forcément être, comme dans le dernier film de Cyprien, un geek handicapé dans les rapports sociaux avec les filles (rires).

Qu’est-ce qui a changé dans la conception des nouveaux jeux par rapport aux anciens ?

Il y a eu une rupture assez puissante avec l’apparition de la 3D en 1995. Tout d’un coup, on a pu avoir la sensation de mouvement. Certains gamers, passionnés, n’arrivaient pas à envisager de jouer à Zelda en 3D qui restait pour eux un petit jeu de rôle avec une vue du dessus et de gros pixels. À l’époque, il y avait déjà des jeux narratifs comme les point and click ou les jeux d’enquête. Les jeux actuels, évidemment, sont beaucoup plus narratifs avec des graphismes souvent impressionnants, comme ceux de David Cage.

Pourquoi préférer les jeux vidéos et les consoles rétro alors qu’ils sont parfois plus chers que les nouveaux ?

Le jeu vidéo est une culture à part entière et comme toute culture, vous avez des collectionneurs ! Certaines personnes se sont fait offrir à l’époque des consoles très rares et regrettent aujourd’hui de les avoir jetées. Maintenant, ces consoles prennent de la valeur aussi bien en terme affectif qu’en terme de prix. Donc il faut savoir que vous êtes comme dans une collection de jouets. Si vous vendez les petites voitures Dinky Toys avec les pochettes originales, qui sont encore dans leur emballage, tout de suite ça coûte très cher. À une période, beaucoup de jeux sont sortis, et le fait de retourner vers certains d’entre eux est une manière de les redécouvrir.

Est-ce toute la population qui est concernée par cette attirance envers les consoles et les jeux rétro ?

Ce qui est sûr c’est que l’on peut imaginer que ce sont des personnes qui ont elles-mêmes connu cela dans leur enfance, comme les plus de 50 ans. Les vrais seniors qui ont entre 60 à 70 ans, étaient eux-mêmes parents d’enfants qui jouaient aux jeux vidéos. Donc il se peut qu’eux-mêmes aient envie de retrouver ces petits jeux auxquels ils jouaient quand ils piquaient la Gameboy de leur enfant. J’ai l’impression que cela peut concerner tout le monde en fait !

Y-a-t-il une tendance autour d’une console ou d’un jeu rétro en particulier?

Il y a des titres du retrogaming qui sont systématiques comme Pacman. Mais lorsque l’on parle à des passionnés, les premiers Zelda et Pokémon reviennent souvent.

À lire aussi : « Avant, les jeux étaient conçus par des passionnés ! » ,

Le retrogaming 2.0 : nouveau souffle sur la toile ,

Bar retrogaming : un concept novateur

Sandrine Baccaro, Anthony Mendes, Baptiste Rouch, Thomas Sainjon

 

Écrit par sandrine.baccaro