Rémy : Le petit nouveau de Def Jam à suivre

C’est la nouvelle pépite du label Def Jam France. Rémy, 20 ans, est un rappeur issu de la cité du Pont-Blanc à Aubervilliers (93). Qui se cache derrière Rémy, ce « jeune homme des anciens temps » ? Après quatre singles et 12 millions de vues sur Youtube, il sort son premier album en mars 2018. 

« J’aime la France, mais pas ceux qui la représentent. La seule chose à dire pour les gens comme nous, c’est de faire ses sous et de se barrer d’ici. » Le regard froid, les gestes forts. Rémy s’exprime avec autant de hargne qu’il en manifeste dans ses textes. Le rappeur y raconte ce qu’il vit, ce qu’il voit : le quotidien de la rue. Un moyen d’expression, un oeil supplémentaire pour visualiser le quartier. « L’écriture c’est super important. Aujourd’hui, le message véhiculé s’est un peu envolé dans le rap français », confie le rappeur dans les bureaux d’Universal Music. Rémy flirte avec le rap « old school ». Un créneau artistique très peu en vogue, mais qu’il tente de remettre à l’ordre du jour. A 20 ans, Rémy est considéré comme un rookie dans le milieu. Figure émergente, il est déjà pressenti comme la révélation musicale 2018 dans son milieu. Son premier album sortira d’ailleurs le 23 mars prochain. A ses côtés, Mac Tyer, légende du rap français, devenu son manager et producteur. Plus qu’une relation professionnelle, une symbiose. « Un grand frère » pour Rémy. Les deux artistes se regardent tout au long d’une interview, qui plus est une discussion. Rémy boit les paroles de son mentor. Tous deux viennent d’Aubervilliers.

Consacrer pleinement sa vie à la musique au détriment de l’école, un choix que le jeune artiste a dû faire très tôt, tout seul. “Je n’étais pas fait pour l’école. J’ai arrêté les études en première année de bac pro vente.” Une vie qui ne lui a jamais souri et pourtant… « Mélancolique dans mes sons, pourtant souriant en vrai », chante-t-il dans son singleComme à l’ancienne” en featuring avec ce même Mac Tyer. Socrate, de son vrai prénom l’a vu grandir, poser ses premiers textes. “Je le suis depuis ses 10 ans”. Entre-temps, il se met en scène deux fois sur Skyrock, la radio phare de tout rappeur français. C’est après le morceau « J’ai vu », extrait du projet Banger 3 de Mac Tyer que Rémy explose et signe en major. “Remy par son âge, et sa sensibilité artistique veut ramener à sa génération quelque chose de nouveau… » avec du vieux.

Un style à l’ancienne

Entre deux anecdotes de quartier, Rémy chantonne un air de Marc Lavoine. Sourire aux lèvres, les paroles peinent à revenir. “Cela fait longtemps que je l’ai plus écouté. L’artiste n’écoute que très peu de rap français. “Malheureusement, ce qui se fait chez nous aujourd’hui ne va pas m’aider”. Son créneau musicale est singulier et surtout authentique : “La base de ma musique est ma sincérité, je reste moi-même en toute circonstance.” Son message se doit d’être “compréhensible pour tout le monde, même pour la personne qui ne vient pas des quartiers”. Là est toute la complexité de sa tâche. Toucher celui qui ne vit pas son quotidien par ses textes. Ses mots ont pour vocation de décrire une vérité non universelle.

Approfondir sa culture, gagner en puissance vocale sont ses plus grands chantiers de progression. Rémy est conscient qu’il doit en faire d’avantage, comme se plonger dans les livres. “Je suis dans une phase d’apprentissage.” Enrichir son vocabulaire pour mieux transmettre ses émotions. “Rémy doit chercher au plus profond de lui même, pour apporter de la richesse à son contenu” appuie son mentor. “Son meilleur atout, c’est la sensibilité de ses textes. Quand il vous raconte sa haine, vous la ressentez à l’écoute.

Les pieds sur terre, la tête dans les étoiles

Dans les locaux d’Universal Music France, d’innombrables certifications plaquées sur les murs. Le disque d’or de Drake sur le sol. Les disques de platine d’Alonzo sur le coin du bureau. Les fiertés du label, une motivation supplémentaire pour l’artiste. La musique, un métier dorénavant. Rémy est conscient qu’il faut faire “marcher l’entreprise”. «Def Jam fait confiance au talent de Rémy » développe Mac Tyer.

La date de sortie de son premier album est désormais connue. Son premier projet, sacarte d’identité” et une signature marquée “C’est Rémy”. Aucun objectif chiffré, seulement la volonté de “faire découvrir mon univers aux gens. Je veux qu’ils comprennent ce que j’ai à dire ». Ce premier opus sera dans la lignée de ce qu’il fait actuellement. Dénoncer son vécu, porter sa voix en l’honneur des siens. En somme,  faire revivre le rap français”. Une mission audacieuse qui porte ses fruits. Six mois de carrière, et déjà, un engouement créé autour de l’artiste. Rémy modernise le vintage. “Un diamant brut », “une énergie positive dans un quartier sensible” pour son producteur et grand frère qui le fait grandir un peu plus chaque jour.

Ramy Berkani et Amine Mohamed

Écrit par IEJ3DWEB