Depuis la rentrée, les syndicats sont mobilisés à travers la France pour manifester contre la réforme du code du travail. Une réforme très critiquée pour deux raisons principalement.

Le licenciement :

Sur la base du plan social mis en place par le code du travail, une entreprise qui est en difficulté financière pourra désormais licencier.

Mais il faut savoir qu’une multinationale en difficulté en France, mais pas au niveau internationale, avait jusqu’ici l’interdiction de licencier ses salariés. Ce temps est révolu, car l’entreprise peut maintenant ne prendre en compte que sa situation en France.

Cela pose problème, on craint des abus d’entreprise qui transféreraient l’argent vers les filiales internationales, pour mettre en scène ses difficultés financières en France et ainsi licencier abusivement.

Le CDI :

La sécurité. Une base, dans la vie d’un salarié, un but dans la vie d’un étudiant. Cela pourrait bien disparaître.

Avant de passer par le CDI, tout un chacun commence par un CDD, puis si il fait du bon travail le CDI suit. Mais la réforme permettra d’embaucher directement en CDI dit de projet. Il est valable seulement jusqu’au moment où la mission est accomplie. Le but : moins de CDD, mais les patrons pourraient ne jamais proposer de véritable CDI aux demandeurs d’emploi.

A lire aussi : Réforme du travail : c’est quoi les ordonnances ?

Quentin Corbé

Écrit par IEJ3A