Refondation des Républicains, sait-on vraiment ce qu’attendent les militants ?

Après le Front National et le parti socialiste, c’est au tour des Républicains de faire souffler un vent nouveau dans ses voiles. Après deux défaites aux présidentielles, l’enjeu est d’autant plus important pour le parti qui compte palier sa perte de vitesse. Mais comment concilier des envies de renouveau avec un regard encore plutôt tourné vers le passé ?

Depuis le 5 juillet dernier, la parti a entamé une démarche inédite : travailler sur la refondation du parti des Républicains en s’appuyant, entre autre, sur l’avis de ses adhérents citoyens. Initié par Bernard Accoyer, secrétaire général des Républicains (RP),« L’atelier des Réformations » a donc établit un questionnaire pour faciliter la mise en lumière des véritables demandes des militants : « Cette réflexion sera conduite par un groupe de travail composé de jeunes, engagés dans le débat d’idées, qui iront chercher l’éclairage d’un panel très large d’experts : politologues, historiens, philosophes, sociologues… Dans le même temps, nos élus, nos cadres et nos militants seront largement consultés. Ces travaux constitueront un socle pour nourrir le débat du renouvellement de nos instances dirigeantes. »

Résultats, plus de 40 910 personnes se sont prononcées sur cette refonde se félicite le parti. Le document de 83 pages issu de cet atelier n’est donc pas sans intérêt mais il juxtapose énormément d’éléments divers sans en faire une synthèse clair et constructive. Un problème pourtant soulevé au sein même du questionnaire, puisque les questionnés ont été 66% à répondre que selon eux, la principale raison de l’échec de la droite et du centre à la dernière présidentielle était le manque d’union de la famille politique. Les avis se croisent donc sans forcement se rejoindre créant ainsi des incohérences : les RP veulent plus de libéralisme mais en même temps d’une «  droite qui marche sur deux jambes » d’un point de vu économique et régalien.

« Nous voulons d’une droite qui marche sur deux jambes »

De plus, on remarque que les questions posées sont très largement tournées vers le passé, sur les valeurs, l’héritage de la droit, mais ne donnent pas la possibilité aux militants de s’exprimer sur des sujets qui feront indéniablement parties de leur avenir comme celle de l’Europe. Reste donc à savoir si la stratégie sera réellement fructueuse.

Anastasia WOLFSTIRN

Écrit par IEJ3B

Laisser un commentaire