Redoublement scolaire: vers de nouvelles alternatives ?

Le conseil national d’évaluation du système scolaire a ouvert une conférence sur les alternatives au redoublement. Pour la première fois, 5500 collégiens et lycéens ont été consultés sur ce sujet.

Si les professeurs, les chercheurs et les ministres se penchent régulièrement sur le cas du redoublement, il est plus rare de demander l’avis aux principaux intéressés : les élèves. Le conseil national d’évaluation du système a décidé de mener l’enquête au près de 3200 collégiens et 2300 lycéens dans 59 établissements différents.

Les résultats publiés ce mardi sont sans équivoque. Pour 80% des élèves, le redoublement est une seconde chance et 69% d’entre eux se déclarent défavorable à sa suppression. Les auteurs de l’enquête tempèrent toutefois ces résultats qui varient selon le profil des élèves. Les lycéens considèrent, par exemple, le redoublement comme une deuxième chance pour s’orienter vers la voie souhaitée. Aussi, la grande majorité des élèves qui considèrent le redoublement comme une chance sont les filles. A l’inverse, les garçons ont tendance à le percevoir comme une sanction.

La France est le pays d’Europe on l’on redouble le plus : 24,8 % des élèves de moins de 15 ans ont connu le redoublement en 2014. Cette pratique est coûteuse. Elle est estimée à 1,6 milliards d’euros selon le conseil d’évaluation du système scolaire. Mais la situation devrait changer à l’avenir : un décret datant de Novembre limite désormais cette pratique à des cas bien précis. L’objectif est de réduire le taux de redoublement en privilégiant l’accompagnement des élèves. Des pays très performant sur le plan scolaire, comme la Finlande, pratiquent déjà, avec succès, le passage automatique.

Marius Mathieu

 

Écrit par marmax