Rama Yade, l’éternelle insoumise

Rama Yade a été officiellement exclue du Parti Radical, jeudi 29 octobre. La direction lui reproche « ces prises de positions » et ces « propos de nature à nuire au parti ». Rien de nouveau : l’ancienne ministre est connue pour son franc parler. Portrait.

crédit : Marie-Lan Nguyen

Rama Yade lors d’un meeting de l’UMP 2010 (Marie-Lan Nguyen / Wikipedia)

Mame Ramatoulaye Yade, dit Rama Yade, a toujours été une insoumise. A sa majorité déjà, elle renie ses origines (un milieu aisé du monde politique sénégalais) pour prendre la nationalité française et entamer ses études politiques à Paris. La rebelle admire alors les Black Panthers et les posters de Malcom X sur les murs de sa chambre.

En 2005, après l’incendie d’un immeuble parisien occupé illégalement par des familles africaines, la jeune Rama Yade signe, une tribune dans Le Monde pour que la France « cesse de regarder ses enfants comme des gens d’ailleurs ». C’est le début de son engagement politique. La même année, elle rejoint l’UMP : son ascension commence. Elle rencontre Nicolas Sarkozy qui la propulse secrétaire nationale du parti, en 2006.

A 30 ans, c’est la consécration : elle est nommée secrétaire d’Etat au ministère des Affaires étrangères. Son attachement à Nicolas Sarkozy, bien plus qu’au parti, marque son parcours (elle passe secrétaire d’Etat aux Sports).

Mais ce sont surtout ces propos chocs qui font sa réputation. Comme après avoir serré la main de l’ancien président libyen Mouammar Kadhafi, elle lance : « certains gestes donnent envie de se laver les mains ». Ce comportement en a fait l’une des personnalité préférée des Français, mais vient aussi de la mener à l’exclusion du Parti radical.

Pauline TRUFFAUT

Écrit par fleurmargot