Quitter l’espace Schengen, est-ce possible ?

La Commission européenne a lancé ce mercredi 27 janvier une procédure qui pourrait mener à rétablir pour deux ans les contrôles à certaines frontières intérieures de l’Union. Un premier pas vers la fin de l’espace Schengen ? 

L’accord de Schengen visait à supprimer progressivement les contrôles frontaliers communs et à instaurer un régime de libre circulation pour tous les ressortissants des Etats signataires. Mais depuis la crise migratoire et l’état d’urgence instauré après les attentats de novembre, certains pays dont l’Allemagne ou la France ont décidé de rétablir le contrôle à certaines frontières. Ces procédures ne peuvent, en l’état, être maintenus au-delà de huit mois sans l’activation de la procédure de la Commission.

Mais est-il possible pour la France de rompre définitivement cet accord dont il est à l’origine ?

Idée prononcée par la droite et l’extrême droite, le départ de la France ne permettrait pas une plus grande sécurité intérieure, mais aurait pour conséquence un affaiblissement majeur de notre économie sur le long terme. Premièrement, depuis l’application de ces accords en 1995, la France ne dispose plus d’administration frontalière au sein de l’UE (police et douane).

Deuxièmement, l’impact sur l’économie serait conséquent (selon une étude de FRANCE STRATEGIE) ; 10 milliards d’euros en 10 ans, sois 0,5 point sur le PIB (ce qui est supérieur à notre taux de croissance annuel de 2015). Pour quelles raisons ? Près de 40% du coût serait du aux quelques 350 000 travailleurs frontaliers se rendant quotidiennement en Belgique, en Allemagne, au Luxembourg, en Suisse ou en Espagne. L’autre moitié par une baisse de la fréquentation touristique, dissuadés de découvrir l’Hexagone en raison des files d’attente aux principaux points de passages des frontières.

De toute façon, les traités ne prévoient ni qu’un Etat membre soit exclu ni qu’il sorte de lui-même. Réformer ou sortir de Schengen nécessiterait un accord à l’unanimité de ses 26 membres, chose difficilement réalisable politiquement et économiquement.

 

Léo Arthuys 

Écrit par Leo Arthuys