Qui sont les Shebab?

Cent quarante-sept personnes tuées. C’est le bilan provisoire de l’attaque menée hier contre l’université kenyane de Garissa, à 150 kilomètres de la frontière somalienne. Derrière ce massacre, les shebab somaliens qui revendiquent une opération de « nettoyage ». Qui sont -ils?

Lire aussi : Attentats des shebabs au Kenya, « le terrorisme le plus abject »

Les origines des Shebab

Le nom officiel de cette organisation terroriste est Al-Shabbaab. Il signifie « jeunesse » en arabe.

Le mouvement est né au début des années 2000 et regroupe divers groupes islamistes somaliens.  Ils sont à la tête de l’insurrection armée en Somalie, un pays plongé dans l’anarchie depuis 1991.     Les Shebab se font connaître en devenant le bras armé de l’Union des tribunaux islamiques, qui s’est emparé d’une partie du sud de la Somalie en 2006. Depuis 2012, ils forment partie intégrante d’Al-Qaïda, groupe terroriste auquel ils avaient prêté allégeance en 2010.                                     Ahmed Abdi Godane était le chef de l’organisation jusqu’en septembre dernier, date à laquelle il fut tué par une frappe américaine. Après sa mort, Ahmed Umar Abou Oubaïd l’a remplacé à la tête d’Al-Shabbaab.

Que veulent-ils?

Les Shebab militent pour l’application de la Charia et prônent le djihad. Ils sont très présents dans les zones rurales de la Somalie. Les régions contrôlées par le mouvement sont soumises à la loi islamique, où des exécutions publiques, des lapidations et des amputations ont lieu.

 

Comment fonctionnent-ils?

Les effectifs de cette milice sont estimés entre 5000 et 9000 hommes. Les Shebab sont particulièrement habiles quant à l’utilisation d’internet : ils mettent des vidéos où musique rap et images de camps d’entraînement s’entremêlent, afin de recruter plus de personnes qui pourront perpétrer des attaques. Ils utilisent entre autres les réseaux sociaux pour recruter et communiquer.

Al-Shabbaab serait financé entre autres par les divers trafics d’armes et de drogues. Ils sont en lien étroit avec les pirates somaliens. Par ailleurs, la Somalie n’ayant plus de véritable structure étatique, c’est l’organisation qui assure l’ordre auprès des populations locales, qui en contrepartie leur rétribuent une sorte d’impôt.

Plusieurs attentats ont déjà eu lieu. Jusqu’à présent celui qui avait reçu la plus grande couverture médiatique était l’attaque du centre commercial Westgate de Nairobi, au Kenya, en Septembre 2013, qui a fait plus de 67 morts et le double de blessés.

Fin février, les Shebab avaient appelé à travers une vidéo, à conduire des attaques similaires à celle de Westgate dans différents endroits, dont les Quatre Temps à la Défense et le Forum des Halles à Paris.

Lira aussi : Les shebab menacent de frapper le Forum des Halles

 

Marie-Caroline Meijer

 

Écrit par meijerpujol