Qu’est ce que le virus Zika?

Apparue dès 2007, dans les Iles Yap en Polynésie française, le virus Zika a fait son apparition en Europe. Plusieurs cas ont été recensés en Espagne, en grande Bretagne, au Danemark et en Suisse. Le risque est jugé « réel » . 

Bleu foncé-Infections autochtones confirmée  Bleu clair-Signes sérologiques uniquement commons.wikimedia.org

Sur cette carte, en bleu foncé, les infections autochtones confirmées et en bleu clair, les signes sérologiques uniquement. Un document commons.wikimedia.org

La France est-elle concernée ?

En juin dernier, on comptait déjà une vingtaine de départements colonisés en France métropolitaine. Ils sont situés, pour la plupart, dans le sud-est et le sud-ouest de la France, à l’exception du Rhône, de l’Isère et de la Saône-et-Loire. Le Zika se diffuse par les vacanciers partis dans les zones où sévit ce virus, de la même manière que la dengue et le chikungunya.

Qui sont les personnes à risque ? 

Les plus sensibles face à ce virus sont les femmes enceintes. Aujourd’hui, la ministre de la santé, Marisol Touraine, a jugé l’épidémie lié au virus Zika « sérieuse ». Elle a déclaré: « Dans des cas limités, la maladie peut être très grave avec des effets neurologiques et pour les femmes enceintes, des complications, des malformations pour leur bébé. Je veux dire très fortement. Des femmes qui sont en métropole sur le territoire français et qui ont prévu d’aller en Guyane, en Martinique ou dans les territoires d’outre-mer,  si elles sont enceintes, je leur recommande de différer leur voyage. Il y a un enjeu de santé publique »

Quelle est l’origine du virus Zika ?

Le virus ZIKA a été identifié pour la première fois en Ouganda en 1947, il est transmis par le moustique tigre, le virus Zika provoque fièvre, douleurs musculaires et éruptions cutanées, voire des complications neurologiques.

Quels remèdes ?

Actuellement, aucun vaccin n’existe contre le virus et il n’existe pas à ce jour de traitement spécifique contre la maladie Zika. Le traitement repose notamment sur la prise d’antalgiques comme le paracétamole et le repos. Il est important de consulter un médecin en cas de signes évocateurs.

 

Écrit par Audrey Saint Georges