Quelles alternatives à la contraception traditionnelle ?

Cela fait 50 ans jour pour jour que la pilule est légalisée en France, par le biais de la loi Neuwirth votée le 19 décembre 1967. La pilule est aujourd’hui jugée sur le déclin et est de plus en plus critiquée. Malgré tout, la contraception est en capacité de perdurer grâce aux nouvelles alternatives, qui se multiplient ces dernières années. 

Des effets secondaires indésirables, des doutes sur son efficacité, ou encore le scandale des pilules de troisième génération, la contraception traditionnelle ne suffit plus aux Françaises d’aujourd’hui. C’est pourquoi de nouvelles alternatives à la pilule voient le jour et s’affirment comme des solutions au moins aussi performantes.

Outre la pilule, symbole de la contraception en France, d’autres moyens s’avèrent tout aussi adaptés. La solution de rebond qui revient le plus est le stérilet. Ce dispositif intra-utérin (DIU), autrefois conseillé pour les femmes ayant déjà eu des enfants, est désormais accessible à toutes. Ses points forts sont sa durée de vie, qui est estimée entre trois et huit ans selon les modèles, et son prix : un stérilet au cuivre ne coûte que 30 euros. Le patch est également une alternative solide. Il est conseillé aux femmes n’ayant pas de contre-indication aux contraceptifs hormonaux. Beaucoup de femmes le privilégient du fait de sa visibilité quotidienne, à la différence de la pilule qui peut vite être oubliée.

D’autres moyens de contraception s’affirment en France ces dernières années. Parmi eux, le préservatif féminin qui est la troisième pratique la plus utilisée, loin derrière la pilule et le stérilet. Il se traduit par un anneau souple qui se place dans le vagin. Deux autres méthodes, pas encore très courantes dans l’hexagone, se détachent comme des alternatives potentielles: l’implant qui n’est que partiellement remboursé par la sécurité sociale et l’anneau vaginal qui ne l’est pas du tout.

Quelque soit le moyen de contraception, l’idéal est celui qui gêne le moins, car tout médicament possède des effets secondaires. C’est ce qui explique que la pilule reste prédominante malgré la petite crise qu’elle traverse ces derniers temps.

Léonard Tordjman

Écrit par IEJ3A