Quand les médias ne lâchent plus les “enfants de présidents”

Les “enfants de présidents” n’hésitent plus à s’afficher devant les caméras et sur les réseaux sociaux sans aucun filtre. Entre soirées arrosées, twerks en mini jupe en plein festival et sextape évoquée à la télévision, personne ne passe à la trappe. Les médias devraient-ils s’en mêler?

Le 12 décembre, le numéro 699 du magazine Public fait sa une sur le refus de Cécila Attias, la mère de Louis Sarkozy et l’ex-épouse de l’ancien président de la République, que son fils et Capucine Anav, restent ensemble. Ce n’est pas la première fois qu’un magazine people ou qu’un média généraliste s’intéresse, un peu trop, à la vie privée des “enfants de… présidents”. Depuis l’époque de la présidence de François Mitterrand avec l’affaire de sa fille cachée, plus aucun “fils de” ou plus aucune “fille de” n’échappe à cela.

capture-decran-2016-12-09-a-12-12-49

Couverture du magazine Public.

Toute leur vie privée est impactée, et celle de leurs amis aussi. “De nombreuses fois lorsqu’on est sortis ensemble, on se sentait suivis par des paparazzis… Ce n’est pas très agréable. Il fallait bien choisir l’endroit où nous allions et garder une tenue relativement correcte”, confie un ami de Louis Sarkozy à IEJ News. Depuis que le jeune homme de 19 ans (alias Sarko Junior sur les réseaux sociaux) s’est mis en couple avec la chroniqueuse de « TPMP » venue de la téléréalité Capucine Anav, il y a quelques mois, c’est encore pire. Pas une semaine ne passe sans que ce garçon fasse l’objet d’un article ou d’une chronique. Il faut dire qu’il est loin d’être un garçon sage. En mars 2012, le plus jeune fils du président Nicolas Sarkozy avait lancé des billes et une tomate sur une policière…  Et puis, sa copine actuelle n’est pas très discrète.

Retrouver ma petite @capucineanavoff au #etamliveshow👙🔥Cette fois, promis, je ne te lâche pas copine😂

Une vidéo publiée par Caro Ithurbide (@caroithurbide) le

La chroniqueuse de TPMP n’hésite jamais à parler de sa relation avec “Sarko Junior”. Ses propos sont souvent très cash… En octobre dernier, elle faisait par exemple référence à une sextape réalisé avec son copain. Plus récemment, Capucine se lâchait en faisant de nouveau référence à sa vie sexuelle avec Louis… Mais ce n’est pas tout. La jolie brune a aussi raconté avoir l’habitude d’envoyer des sextos à son compagnon, des messages sensuels dans le but d’attiser la flamme entre eux deux. C’est avec une certaine malice qu’elle décrit envoyer “des petites photos sexy” à son amoureux sans pour autant “que l’on voit (s)es parties intimes” et que ce soit “vulgaire”.

Une de ses amies explique : “La médiatisation de Louis Sarkozy s’est énormément accéléré avec Capucine. Forcément, lorsque vous êtes le fils de Nicolas Sarkozy et que vous côtoyez quelqu’un qui est tout le temps à la télévision, on ne peut pas y échapper. Mais ce n’est pas Capucine qui veut s’exhiber, au contraire. Ce sont les chaînes de télévision qui la pousse à s’exprimer sur lui. Donc au bout d’un moment on dit des choses sans réfléchir.

capture-decran-2016-12-09-a-12-17-43

Les fils de Nicolas Sarkoy (Facebook).

 

Louis Sarkozy a plusieurs frères. Si Jean a décidé de suivre les pas de son père dans la politique, Pierre, de son côté, se consacre pleinement à la musique ; il est producteur et DJ. Les deux hommes restent assez discrets sur leur vie privée. Mais leur petit frère, Louis, ne s’arrête pas là. En 2014, le fils de Nicolas Sarkozy et Cécilia Attias s’est longuement clashé avec Léonard Trierweiler, le fils de l’ex-première dame. Pendant des mois entiers, les deux jeunes, âgés de 17 ans à l’époque se sont chamaillés sans interruption.

 

Après cette longue période d’affrontements sanglants sur le réseau social Twitter, Louis Sarkozy, alias @sarko_junior, et Léonard Trierweiler, alias @trierweiler3, ont enterré la hache de guerre 2.0 autour d’un verre en terrasse. Evidemment, la presse n’en a pas perdu une miette.

Les fils respectifs de Nicolas Sarkozy et Valérie Trierweiler, chacun dans leur tenue de travail. (© Instagram / Twitter)

Les fils respectifs de Nicolas Sarkozy et Valérie Trierweiler, chacun dans leur tenue de travail. (© Instagram / Twitter)

De l’autre côté de l’Atlantique, les journaux suivent à la trace les enfants de Barack Obama et Michelle Obama. Cet été, ce fut le scandale. Malia Obama s’est faite surprendre en plein festival Lollapalooza. De jolis twerks où elle laisse à la vue de tout le monde sa culotte en dentelle rose ont fuité sur de nombreuses vidéos. Mais ce n’est pas tout… Elle a également été filmée en train de fumer un joint. Une jeune fille de 18 ans, Jerr­din Selwyn, auteure des images, a affirmé au site améri­cain Radar Online avoir vu Malia Obama fumer de l’herbe durant le concert de Bryson Tiller. « On pouvait sentir l’odeur de la marijuana, a-t-elle déclaré. J’ai vu un jeune homme lui tendre le joint, elle l’a pris, et a tiré dessus au moins une fois. Elle l’a gardé dans la main près d’une minute, avant de le rendre à ses amis. »

 

Récemment, la presse améri­caine a encore surpris Malia Obama en pleine soirée festive avec ses copains… autour d’un bang (objet utilisé pour inha­ler de la fumée de canna­bis) et avec un t-shirt loin de ses traditionnelles robes à dentelles et godets… Sur les photos on la voit près d’une table sur laquelle est posé tout un atti­rail destiné à la consom­ma­tion de canna­bis. Déten­due, en mini short et casquette vissée sur la tête, Malia n’avait pas du tout l’air d’être là pour faire de la préven­tion mais bien pour passer du bon temps avec ses amis.

 

Mais de quoi se mêle la presse américaine ? Tout le monde ou presque a déjà essayé de fumer un joint dans son adolescence. Pourquoi faire que parler de la fille Obama alors que tous les autres adolescent sont pareils… Et en France c’est la même chose… Tout le monde s’en fiche de la copine de Louis Sarkozy par exemple. Les médias ne savent plus quoi nous raconter donc ils sont obligé de faire de la presse people au lieu de parler de politique ou d’économie. Beaucoup de journaux filent sur la mauvaise voie” s’insurge Michel Eymard, spécialiste de la politique et des médias.

L’homme, travaillant dans un quotidien régional ne comprend pas pourquoi les “enfants de présidents” prennent autant de places dans nos vies respectives. Du côté des fidèles de la famille des présidents c’est pareil. Si les médias ont peut être tort de parler autant des “fils de”, “ils devraient se consacrer davantage à dire le plus honnêtement possible ce qu’ils voient, et essayer d’en décrypter les rouages, plutôt que d’informer les gens avec ce qu’ils aimeraient que soit le réel. C’est ça, aujourd’hui, qui horripile les gens”, explique Natacha Polony, dans sa vision du journalisme d’aujourd’hui.

Car les scènes de sexe entre Capucine Anav et Louis Sarkozy, tout le monde s’en fiche. Et si les enfants avaient tout simplement le droit à une vie privée ?

Adrien Bonfante

Écrit par iejpedago