Quand la jeunesse fait plier le gouvernement

Après la forte mobilisation contre la loi Travail mercredi 9 mars, les syndicats étudiants sont reçus ce matin à Matignon par Manuel Valls et la ministre du travail pour entamer une concertation sur le projet de loi El Khomri. Un rapport de force entre la jeunesse et le gouvernement. Retour sur les 5 grands mouvements sociaux décisifs pour les réformes depuis 1986.

  • Le projet de loi Devaquet (1986)

Prônant plus d’autonomie dans la sélection et la délivrance des diplômes à l’université, le projet de loi du ministre de l’enseignement Alain Devaquet a provoqué un important mouvement étudiant. Trois semaines de violentes manifestations se sont soldées par la mort d’un étudiant et la démission du ministre ainsi qu’un retrait du texte.

  • SMIC jeunes (1994)

Le gouvernement Balladur prévoit que jusqu’à bac +2, les moins de 26 ans soient rémunérés 80% du SMIC. Au terme d’un mois de rassemblements violents dans plusieurs villes, le gouvernement retire son contrat d’insertion professionnelle. 

  • Loi Fillion (2005)

Dans sa réforme de l’enseignement secondaire, le ministre de l’Education prévoit d’instaurer un contrôle continu dans la notation du baccalauréat. La loi finira par passer mais François Fillon devra renoncer sur cet article qui lui a attiré les foudres de la jeunesse.

  • Loi De Villepin (CPE) (2006)

Le contrat première embauche prévoyait un CDI pour les jeunes de moins de 26 ans avec la possibilité pour l’employeur de le résilier sans motifs dans les 2 premières années. Pendant plusieurs mois des facultés sont immobilisées, plusieurs centaines de milliers de personnes descendent dans la rue. Dominique De Villepin alors premier ministre, renoncera le 12 avril.

  • Loi Pécresse (2007)

La loi relative aux libertés et responsabilités des universités de Valérie Pécresse prévoit que les universités accèdent à l’autonomie dans les domaines budgétaires. Elle sera adoptée le 11 août malgré les manifestations qui on commencé à la rentrée jusqu’à Noël.

Hugo Gallet

Écrit par Hugo Gallet