La défaite au premier tour des Présidentielles de Benoit Hamon est la plus prononcé du PS dans l’histoire de la Vème république. Le socialiste a recueilli 6,7% des suffrages, les français se sont davantage tournés vers d’autres candidats.

En 2012, François Hollande était sorti du 1er tour des présidentielles avec 28,63% des suffrages. Un score plus que quatre fois supérieur à celui de son successeur Benoit Hamon. Entre les deux élections, un mandat mitigé souvent critiqué a peut-être handicapé le candidat qui n’aura pas su se détacher de l’étiquette PS.

Pour autant ces chiffres ne montre pas une France qui s’est radicalement droitiser. D’autres candidats sont eux parvenus à rassembler plus d’électeurs à gauche. Jean Luc Mélenchon par exemple a enregistré son meilleur score pour des présidentielles. En comparant les chiffres de 2012 et de 2017, on s’aperçoit que la percée du candidat des insoumis a sans doute emportée plusieurs voix socialistes.

Le cas Emmanuel Macron, inconnu des électeurs il y a 5 ans, est semblable. Pendant tout le quinquennat, l’ex-ministre de l’Economie a participé aux politiques du gouvernement. Le faible score du PS montre que ce gouvernement socialiste a déçu une partie des français qui n’ont pas voulu faire confiance au candidat du parti à la rose en 2017. Pour autant le candidat d’En Marche ne semble pas en pâtir puisqu’il arrive en tête du premier tour. Plus significatif encore, la répartition par département du vote Emmanuel Macron est proche de ce qu’avait enregistré François Hollande au terme du premier tour en 2012.

Écrit par Matthias Almagro

Laisser un commentaire