Procès des biens mal acquis : Teodorin Obiang devant la justice

Le procès dit des « biens mal acquis » s’ouvre ce lundi 2 janvier à Paris. Teodorin Obiang, fils du président de Guinée Equatoriale, est soupçonné de s’être bâti illégalement un énorme patrimoine financier en France.

Un hôtel particulier de 4.000 mètres carrés avenue Foch, estimé à 107 millions d’euros, avec piscine, hammam, disocothèque et robinets couverts de feuilles d’or. Sans oublier les 17 voitures de luxe et de sport. Tel est le patrimoine de Teodorin Obiang en France. On est loin du train de vie moyen de quelqu’un de Guinée Equatoriale, dont plus de la moitié des habitants vivent sous le seuil de pauvreté.

Les juges d’instruction le soupçonnent notamment d’avoir reçu près de 110 millions d’euros du Trésor public de Guinée Equatoriale sur son compte personnel. Lui prétend avoir toujours « gagné légalement son argent dans son pays« . Il est poursuivi pour blanchiment d’abus et de biens sociaux, détournements de fonds publics, abus de confiance et corruption.

Le procès doit s’ouvrir à 13h30 au tribunal correctionnel de Paris, et durer jusqu’au 12 janvier. Il est toutefois très improbable que Teodorin Obiang soit présent physiquement à son procès.

La justice française enquête également sur plusieurs autres familles de dirigeants africains qui ont bâti des fortunes importantes en France.

Mathieu PAPION

Écrit par Mathieu Papion