Procès « Air Cocaïne » : vol privé ou commercial?

Quatre Français dont deux pilotes devraient être jugés aujourd’hui à Saint-Domingue en République Dominicaine. Découverts avec 700 kg de cocaïne dans un Falcon 50, ils ont été interpelés sur le tarmac de la station balnéaire de Punta Cana.

Le Falcon 50 s'apprêtait à décoller pour Saint-Tropez lors de son arrestation./flickr.com/

Le Falcon 50 s’apprêtait à décoller pour Saint-Tropez lors de son arrestation./flickr.com/ 

Pascal Jean Fauret, Bruno Odos, Alain Castany et leur passager Nicolas Pisapia , ont été arrétés le 20 mars 2013 alors qu’ils s’apprêtaient à décoller pour Saint-Tropez. Placés pendant 15 mois sous détention provisoire, ils ont été assignés à résidence en juin jusqu’à la reprise du procès. Les 700 kg de drogue ont été répartis en 26 valises dans le chargement de l’appareil qui appartient au lunetier Français Alain Afflelou. Mais le Falcon avait été affrété par une société de location (SN-THS), basée prés de Lyon.

Les pilotes affirment ne pas avoir été informé du contenu de la cargaison: »« On a été arrêtés dans un gros coup de chalut qui devait emporter tout un réseau » confie Bruno Odos à l’Agence France-Presse.

L’enjeu du procès: bien déterminer la nature de ce vol. Si le Falcon a été utilisé à des fins privées, les pilotes sont responsables du chargement de l’avion. En revanche, un vol effectué à des fins commerciales, les pilotes ne sont pas fautifs.

M.Fauret, Odos et Pisapia sont soupçonnés d’avoir déjà effectué le transport de valises suspectes en 2012, le dernier chargement était, selon l’enquête,  prévu pour le 18 mars 2012, la veille de l’arrestation.

                                                                                                                                                                                                                                                                                      Bénisti Andréa

Écrit par tomandrea