Primaire à droite : attaqué, Sarkozy réplique

Lors du second débat de la primaire de la droite et du centre, Nicolas Sarkozy a été la cible de nombreuses attaques. Que leur a-t-il répondu ? 

Nicolas Sarkozy (Wikipédia by Moritz Hager)

Nicolas Sarkozy (Wikipédia by Moritz Hager)

Les adversaires de Nicolas Sarkozy s’en sont donnés à coeur joie, lors du deuxième débat de la primaire à droite, jeudi 3 novembre, en multipliant les piques à l’encontre de l’ancien président.

Jean-François Copé a été le premier à le prendre à partie, l’attaquant sur sa politique migratoire, et notamment la signature des accords du Touquet. Nicolas Sarkozy lui a sèchement rétorqué qu’il s’agissait en fait « du traité de Canterbury qui à été renouvelé, mais que tout le monde n’est pas obligé de connaître le dossier ».

Bruno Le Maire a enchaîné : « Certains sur ce plateau avaient fait la promesse de ne jamais se représenter. S’ils avaient tenu leur promesse, on serait peut-être moins nombreux sur ce plateau… » Réplique de Nicolas Sarkozy : « Commence d’abord par être élu ! Je te rappelle [que] tu as été battu à la présidence de l’UMP. »

Quand à Nathalie Kosciusko-Morizet, l’ancien chef de l’Etat ne comptait pas lui laisser le dernier mot : « Si j’avais été réélu en 2012, je pense que Nathalie se serait fait une violence pour m’accompagner encore. » Elle a alors changer de registre : « Est-ce que les conseillers de la campagne de 2012 t’auraient accompagné pendant le mandat ? », a-t-elle ironisé, faisant notamment référence au controversé Patrick Buisson.

Des réponses qui semble avoir convaincu ses soutiens. Selon une étude d’Etalab, Nicolas Sarkozy a été le plus convaincant du débat à 31 % auprès des sympathisants de la droite et du centre.

 

Audrey Saint-Georges 

Écrit par Audrey Saint Georges