Présidentielle 2017 : Vincent Peillon présente son programme

 Mardi 3 Janvier 2017, Vincent Peillon, candidat à la primaire de la gauche annonce son programme au « 100 – Établissement Culturel Solidaire », situé rue de Charenton dans le XIIème arrondissement de Paris. 

Dans le quartier populaire du XII ème arrondissement de Paris, non loin de la place de la Bastille, Vincent Peillon présente son programme dans un espace de travail partagé solidaire, le « 100 – Établissement Culturel Solidaire ».

9h30, les journalistes commencent à remplir la salle. Tous les grands médias français sont présents. Certains préparent leurs appareils, font leurs derniers réglages. D’autres discutent autour d’un café. L’ambiance est détendue.

Tout est organisé. Les caméras sont placées au fond de la salle. Les photographes peuvent se placer devant les trois rangées de chaises situées devant l’estrade. Les députés qui le soutiennent se placent au premier rang. De chaque coté de la salle, des bureaux, comme si deux petites rédactions s’étaient organisées.

Silence dans la salle. Vincent Peillon arrive suivi d’une armée de caméramans et photographes. Les applaudissements mettent du temps à se faire entendre mais avant son arrivée sur scène, les journalistes battent des mains. Seuls les bruits des mains qui claquent et les déclencheurs des appareils photos se font entendre.

« Je vais vous présenter mon projet pour la France » annonce-t-il dès le début de son harangue.

Derrière lui, les drapeaux français et européen. Coïncidence? Non. L’eurodéputé axe clairement son programme sur l’Europe.

« Cette petite musique selon laquelle l’Europe empêche les politiques de gauche est fausse, franchement, soyons sérieux » s’amuse t-il.

Confiant et concentré, l’outsider de la primaire de la gauche annonce son programme en une heure et demie. Les journalistes, aussi concentrés que lui, notent, pianotent, filment, photographient.

Le candidat aborde toutes les thématiques possibles. De la réforme des institutions au numérique, en passant par la santé, l’écologie, le droit des femmes, la sécurité allant jusqu’à l’outre-mer et bien sur l’éducation, sujet naturel pour l’ancien ministre de l’Éducation nationale.

L’annonce du programme se termine sous un tonnerre d’applaudissements qui dure. Une partie du public se lève. Vincent Peillon, ému, retire ses lunettes.

Place aux questions. L’exercice se corse. Avec humour et conviction, Vincent Peillon répond aux journalistes.

Nathalie Bourrus, chroniqueuse de France Info sur l’émission C’était Comment ?, questionne l’eurodéputé quant à son programme sur la sécurité du pays. Les regards se posent sur elle. Vincent Peillon en a parlé dès le début de son allocution. Il le prend avec humour. « Nous avons tous des moments d’absence ». Mais la journaliste se défend en aparté : « Il n’a pas annoncé de vrai programme et n’a pas assez parlé de la sécurité ».

La présentation qui avait commencé dans une ambiance de partage se termine sur une note tendue. Vincent Peillon refuse de répondre à une question d’une journaliste sur son « armée mexicaine » de députés qui le soutiennent. Fin de l’exercice. Reste quinze jours de campagne pour convaincre.

 

Photo : ©Céline Nourrisson

Vidéo : ©AFP

Céline Nourrisson

Écrit par Celine Nourrisson

Laisser un commentaire