Premier accrochage pour Google

Une voiture autonome de marque Lexus (guidée par un logiciel conçu par Google) est entrée en collision avec un bus. Un cas d’école pour Google qui pour la première fois s’est déclarée responsable de cet accident.

Cela s’est passé sur une route à trois voies sur la cote ouest des Etats-Unis à Mountain View en Californie, tout près du siège de Google. Certes, la voiture avait parcouru plus de 2,2 millions de kilomètres avant de commettre sa première faute. Un accident que Google s’est déclaré être responsable, une première pour l’entreprise.

Cependant, une question se pose : qui est responsable lorsqu’une voiture est conduite par un algorithme robotique ? La loi ne dit rien à propos de ces véhicules totalement autonomes. Google est justement en attente d’une loi plus claire et plus encadrée en France et aux Etats-Unis. Les constructeurs de ces véhicules mettent l’accès sur un point important précisant que le client doit veiller à rester attentif et à être prêt à reprendre le volant à tout moment.

Relevant d’une appréciation humaine et d’une estimation du danger très précise, les causes de l’accident auraient été difficilement appréhendables par le robot. Afin de mieux prendre en compte le poids des véhicules (responsable en majeur partie de l’accident entre la voiture et le car) dans le respect des priorités, Google a annoncé immédiatement une révision et des modifications de son logiciel d’intelligence artificielle.

La voiture autonome pourra t-elle à l’avenir anticiper n’importe quelle situation ? L’accident est aujourd’hui révélateur de grands bouleversements dans l’avenir de la voiture sans chauffeur.

A la base, cette voiture signifie la fin d’un principe : la responsabilité du conducteur. Mais depuis l’accident de Mountain View, tout a changé. Il sera probable à l’avenir que les autorités mettent en place un système assez fou mais devenu indispensable : un permis de conduire pour robots. La voiture devra être testée dans un maximum de situations délicates. Même si les robots sont plus prudents que les humaines, il faudra leur faire respecter les règles et le bon sens, parfois difficile à déterminer. Il faudra choisir entre la vie du conducteur et celle de millions de piétons.

Lena Fischer

Écrit par Lena Fischer