Pour Pécresse, Wauquiez doit s’inspirer de Sarkozy

Le premier bureau politique de l’ère Wauquiez se tenait mardi soir au siège des Républicains. Une réunion marquée par les échanges houleux entre le nouveau chef du parti et Valérie Pécresse.

Après l’élection de Laurent Wauquiez à la tête des Républicains, les frondeurs ont décidé de s’organiser dans leur coin, à l’image de Christian Estrosi qui lance son propre mouvement, ou encore Xavier Bertrand qui a quitté le parti la semaine dernière. C’est dans une tension interne forte qu’eut lieu le premier bureau politique de l’ère Wauquiez mardi soir.

Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France, est l’une des rares membre de la fronde anti-Wauquiez à s’y être déplacée. Elle a rappelé en arrivant au siège “qu’il fallait accepter toutes les sensibilités de la droite, rappelant que c’est ce qu’avait fait Nicolas Sarkozy, en acceptant François Fillon ou encore Alain Juppé qui n’avaient pas les mêmes idées“.

Accepter la diversité des idées

Elle a également réaffirmé “qu’une droite qui se rétrécit, c’est une droite qui perd, une droite qui s’élargit, c’est une droite qui gagne.“ Son souhait était de faire comprendre à ses homologues qu’il fallait accepter toutes les sensibilités de la droite.

Durant la réunion, les débats furent houleux, avec des règlements de comptes entre les deux groupes. Selon France Info, la présidente de la région IDF a lancé “Ne nous voilons pas la face, la question est: comment retenir ceux qui veulent partir ?“ à Laurent Wauquiez, qui lui aurait répondu “Exprimer sa différence en tapant contre son camp n’est pas le plus utile“.

À la sortie, peu de réactions, les cadors du parti se contentant d’un “c’était très bien“ pour décrire la réunion. Valérie Pécresse est l’une des rares à s’être arrêté. “Nous avons tous réaffirmés que la diversité était notre plus grande richesse, qu’on pouvait être dans les LR et être différents“, a-t-elle lancé, pensant “que c’est le fait de faire vivre cette diversité des idées qui va oxygéner la droite.“

Arthur Weill

Écrit par IEJ3A