Pollution : les bons réflexes

La pollution engendrée par les émission de gaz toxiques des voitures et des industries provoquent une atmopshère irrespirable. Comment se protéger de la pollution parisienne en quelques actions.

Paris aurait été mercredi 18 mars la ville la plus polluée du monde, selon PlumeLabs

Paris aurait été mercredi 18 mars la ville la plus polluée du monde, selon PlumeLabs

Les lieux à éviter :

Les principaux axes routiers sont à éviter. Il est préférable de ne pas prendre de véhicules motorisés. En effet, c’est à l’intérieur d’une voiture que l’on est le plus exposé aux particules fines. Deux fois plus qu’un piéton en moyenne. Si on doit malgré tout prendre son véhicule, il faut éviter d’ouvrir sa fenêtre, ralentir et éviter les freinages, les accélérations brusques, qui favorisent l’émission de polluants. Les piétons doivent éviter de se déplacer à proximité des routes fréquentées.

Que faire, et ne pas faire ?

Il faut bannir le sport à l’extérieur tel que le jogging, le vélo, la marche, afin d’éviter de s’ouvrir les bronches, et de trop s’exposer à ces pollutions. Tout comme les travaux domestiques : la peinture et les solvants aggravent les réactions du corps face à la pollution.

Evidemment, fumer en période de pic de pollution est d’autant plus mauvais. Il est aussi conseillé par les médecins et les allergologues, de chauffer un peu moins les domiciles, et de bien aérer matin et soir, plutôt qu’en journée. Rester cloîtrer chez soi est une mauvaise idée, si l’on vit proche de sources de pollution, il faut tout simplement s’en éloigner, se rapprocher des espaces verts.

Les masques, est-ce utile ?

Pour le plupart des médecins, les masques sont inutiles car ils laissent passer les particules fines. Il est efficace de se laver les yeux et le nez avec du sérum physiologique. « Pour se protéger des particules fines, il faudrait porter un scaphandre », ironise le Dr. Bégon, allergologue à Paris. Mais attention aux huiles essentielles, qui peuvent irriter, plus que soulager, leur utilité est limitée en cas de forte pollution.

Les personnes les plus vulnérables :

Les personnes âgées, bébés, diabétiques, asthmatiques, cardiaques, immunodéprimés, mais aussi les personnes allergiques, d’autant plus qu’en ce moment, les pollens arrivent. La conjonction de la pollution aux particules fines et des allergies aux pollens entraînent des effets plus nocifs et peut même déclencher de l’asthme. Pendant les pics de pollution, ces personnes doivent si possible s’abstenir de sortir aux heures les plus chaudes de la journée. L’association « Respire » milite pour la préservation et l’amélioration de la qualité de l’air. Son président Sébastien Vray nous éclaire sur les risques des particules fines. Une menace pour les tout-petits et les plus fragiles :

Propos recueillis par Auria Boukar et Oscar Badoux

Les signes d’un pic de pollution :

Ils sont visibles après quatre ou cinq jours de beau temps. En Ile-de-France, il faut suivre les alertes d’Air Parif, organisme en charge de la surveillance de la qualité de l’air en région parisienne, pour plus de précision.

Prendre le chemin le moins fréquenté :

Chacun peut aider à faire baisser le taux de pollution en évitant la formation des embouteillages. Plusieurs mesures existent pour limiter la circulation. Le maire de Paris Anne Hidalgo a demandé la mise en place de la circulation alternée de manière plus fréquente. Aujourd’hui, il faut que Paris atteigne deux jours de pollution maximum pour que cette mesure efficace soit mise en place.

Les solutions :

Les carburants verts, issus de matière végétale, permettent de réduire la pollution de manière efficace. Jusqu’à 70% en moins de gaz à effet de serre. 70% des automobiles vendues au Brésil aujourd’hui roulent au bio-ethanol fabriqué à partir de canne à sucre. Il existe aussi le bio-diesel, que l’on mélange au diesel classique. Cependant, ces nouveaux carburant pourraient augmenter le prix des aliments, sur le marché mondial, et créer une crise alimentaire, selon un rapport de l’ONU.

Oscar Badoux

A lire les autres articles du dossier :

Paris s’asphyxie

La mauvaise qualité de l’air a un coût

La pédale verte

Plan anti-pollution : Paris chasse les véhicules polluants

Paris, un siècle de gris

Écrit par solit