Pollution en Chine : Après de fortes perturbations, le trafic revient à la normale

Le nuage de pollution devrait à nouveau recouvrir Pékin et Tianjin mardi, après un faible moment de répit ce lundi. Le trafic aérien et routier revient peu à peu à la normale.

L’épais smog de pollution qui a recouvert la Chine ces derniers jours s’est dissipé ce lundi. Un instant de répit de courte durée permettant au trafic aérien et routier de reprendre peu à peu. Les météorologues ont prévu que le brouillard grisâtre et toxique devrait à nouveau recouvrir Pékin et Tianjin à partir de mardi jusqu’à jeudi. Une vingtaine de villes sont en « alerte rouge » à la pollution, un statut qui entraîne des mesures d’urgence, dont des fermetures d’usines polluantes et d’établissements scolaires et la circulation alternée.

Le smog, qui limite la visibilité, a paralysé les vols dimanche. En effet, 126 vols ont été annulés à l’aéroport principal de la ville de Pékin et la circulation de la totalité des autobus reliant Pékin aux villes voisines a été arrêtée. Les concentrations moyennes de particules fines dans l’atmosphère ont dépassé les 500 microgrammes par mètre cube dans la ville. Soit 50 fois le seuil fixé dans les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). A Tianjin, plus de 300 vols ont dû être annulés dimanche à l’aéroport, où la visibilité était plus réduite qu’à Pékin. Les voies rapides aux sorties de la ville ont été fermées. Une vingtaine de vols ont été annulés et huit autres ont été déroutés vers d’autres aéroport à Shijizhuang, chef-lieu de la province du Hebei.

A la mi-décembre, une grande partie de la Chine du Nord avait déjà été touchée par un épisode de forte pollution atmosphérique, poussant les autorités à fermer plusieurs centaines d’usines et à limiter la circulation routière afin de réduire les émissions de gaz.

Estelle Priam

Écrit par Estelle Priam