Pétrole : l’Iran recommence ses exportations

Après la levée des sanctions économiques, l’Iran accroit sa production de pétrole. Un futur incertain pour l’or noir iranien, qui devra se confronter à un marché pétrolier fragile. 

Raffinerie iranienne.

Raffinerie iranienne.

« L’Iran est déjà prêt à relever ses exportations de pétrole brut de 500.000 barils par jour » a déclaré, Amir Hossein Zamaninia, le vice président du pétrole iranien. Le pays sanctionné avaient divisé ses exportations de pétrole par deux, baissant sa production de barils à 1 million par jour. La totalité de barils exportés a été décidé en prenant compte des conditions du marché du pétrole mondial.

Il s’agit maintenant pour l’ancien reclus d’attirer des acheteurs. Pour cela le pays sera libre de vendre autant de barils souhaités, au prix désiré, peut-être même avec des remises pour attirer de nouveaux clients.

 

Un avenir compliqué pour le pétrole iranien

Le nombre de barils exportés apparaît tout à fait crédible lorsque l’on sait que ce pays pompe actuellement 3 millions de barils par jour. Cependant quelques facteurs rendent cette estimation incertaine, notamment l’obsolescence des installations pétrolières, qui pourrait rendre le rythme de production difficile.

L’Iran devra aussi se confronter au problème de la baisse des cours de l’or noir. Suite au retour du pays sur le marché du pétrole, déjà souffrant, le prix du baril est tombé à 27,79 dollars cette semaine. Depuis vendredi les cours se sont tout de même légèrement redressé, mais toujours avec un repli de 1%.

Mélissa Ruart

Écrit par Melissa Ruart